Chemin de navigation

Questions économiques internationales

Les interdépendances se sont considérablement accrues dans le monde ces dernières décennies. L'Union européenne bénéficie de cette évolution, qui est source de prospérité économique. La Commission soutient ce processus en formulant des analyses et des avis sur les questions économiques internationales qui intéressent l’UE et en encourageant la coopération à l'échelle internationale.

L'UE est un des principaux acteurs économiques de la planète, puisqu'elle représente environ 30 % du PIB mondial et 20 % des flux commerciaux. Par ailleurs, sa monnaie, l’euro, s’est imposée comme une grande devise internationale. De nombreuses régions du monde s'intéressent de ce fait à l'expérience dont dispose l'UE en matière d'intégration économique régionale.

Les relations économiques extérieures de l'UE

Afin de gérer ces interdépendances économiques et financières croissantes, l'Union européenne a instauré des dialogues économiques avec de nombreux pays et institutions dans le monde. Son objectif est de favoriser la prospérité économique et la stabilité sur son territoire et, tout en servant ses intérêts, dans le reste du monde.

La direction générale des affaires économiques et financières de la Commission appuie l'action de l'UE de diverses manières: elle fournit des analyses et des conseils sur les questions économiques internationales qui la concernent, contribue à diffuser auprès des autres pays les valeurs et les principes économiques et les recommandations de l’UE, et supervise l'élaboration et la mise en œuvre de ses politiques économiques extérieures. Son travail consiste notamment à:

  • fournir des analyses économiques et des orientations en vue d’élaborer et de mettre en œuvre les politiques extérieures de l’Union, par exemple dans le domaine de l’élargissement, de la politique européenne de voisinage, du partenariat oriental ou de la politique européenne de développement;
  • poursuivre des négociations et un dialogue régulier sur les aspects économiques des relations bilatérales, par exemple avec les pays candidats à l'adhésion à l'UE et les pays concernés par la politique européenne de voisinage, les pays du G 20 et au sein de l'ASEM; procéder à des échanges réguliers avec les banques de développement multilatérales et régionales;
  • garantir la présence de la Commission dans les forums économiques multilatéraux (G7/G8, G10, G20, Organisation de coopération et de développement économiques, forum sur la stabilité financière, par exemple) et les institutions financières internationales (Fonds monétaire international, Banque mondiale, Banque européenne de reconstruction et de développement);
  • gérer l'aide macrofinancière aux pays tiers; coopérer avec les autres DG chargées de gérer l'appui budgétaire dans le cadre des différents programmes d'aide d'extérieure en vue de garantir la cohérence de l'élaboration et de la mise en œuvre de ces opérations et de veiller à la coordination avec d'autres institutions financières internationales.

Les leçons et les expériences tirées de ces actions servent également à alimenter les analyses et les orientations destinées à guider les politiques européennes, en particulier en ce qui concerne les tendances économiques globales et leurs effets possibles sur l’UEM, le rôle de l’euro à l'échelle internationale, la réforme du système monétaire international, l'évolution des déséquilibres extérieurs mondiaux, la représentation extérieure de l’UE et les enjeux économiques spécifiques à chaque pays.

Autres outils

  • Version imprimable 
  • Diminuer la taille du texte 
  • Augmenter la taille du texte