Chemin de navigation

Mondialisation

L'association du progrès technologique, de la réduction des coûts de transports et de la politique de libéralisation menée dans l'Union européenne et le reste du monde a conduit à un accroissement des échanges commerciaux et des flux financiers entre les pays. Ce processus a des conséquences importantes sur le fonctionnement de l’économie européenne. Si la mondialisation est porteuse de profits et de débouchés considérables, elle contraint également l'Europe à faire face à une concurrence accrue de la part d’économies à faibles coûts, telles que la Chine et l’Inde, et d’économies centrées sur l’innovation, comme celle des États-Unis.

Le renforcement de l'intégration économique internationale – autrement dit la mondialisation – offre de nombreuses possibilités. Les entreprises de l'Union européenne accèdent plus facilement aux nouveaux marchés et aux marchés en expansion, ainsi qu'aux sources de financement et de technologie. Les consommateurs européens bénéficient d'un choix plus vaste de produits, à de meilleurs prix. Pour l'UE, cette évolution a ouvert la voie à des gains importants, en matière de productivité et de salaires réels. La Commission européenne estime qu'environ 1/5e de la hausse du niveau de vie en Europe ces 50 dernières années peut être attribuée à la mondialisation. C'est la raison pour laquelle l'UE est très favorable à une plus grande ouverture des économies. Sa politique commerciale a largement contribué à faire progresser la libéralisation du commerce mondial.

Toutefois, le grand public associe souvent la mondialisation à des pertes d'emplois, à des baisses de salaire et à une dégradation des conditions de travail. Cette perception repose sur la crainte qu’une concurrence accrue de la part des pays à bas salaires soumette les travailleurs et les producteurs locaux à une pression excessive et aboutisse à la fermeture complète ou partielle des entreprises nationales et à leur délocalisation. Ces craintes, qui ne sont pas nouvelles, semblent s'être intensifiées avec l'essor rapide de la Chine et de l'Inde sur la scène commerciale internationale. En outre, l'utilisation généralisée des technologies de l'information estompe de plus en plus les limites entre ce qui peut ou ne peut pas être commercialisé.

La recherche d'une réponse adéquate à la mondialisation fait partie d'un défi plus vaste pour les économies dynamiques: parvenir à surmonter les changements économiques structurels. En effet, pour récolter les bénéfices de la mondialisation, un processus d'ajustement est nécessaire, face à certains facteurs de production, comme les capitaux d'investissement, qui délaissent les activités et les entreprises affaiblies par la concurrence accrue au profit de celles qui s'épanouissent dans cet environnement. Toutefois, s'il semble établi que la mondialisation n'a pas entraîné de pertes d'emplois nettes globales, l'ajustement des structures économiques a un coût, généré par le déplacement des ressources entre entreprises et activités. Là où les marchés du travail, des capitaux et des produits sont plus rigides, les ajustements structurels peuvent être coûteux et douloureux, au moins à court terme, en particulier dans certains secteurs et dans les régions où ces secteurs sont concentrés.

Tout l'enjeu politique de la mondialisation est donc de parvenir à transformer ces avantages potentiels en bénéfices réels, tout en limitant les coûts sociaux. Des mesures visant à améliorer le fonctionnement des marchés de l'UE et à stimuler l'innovation contribueront à limiter dans le temps la période d'ajustement. Parallèlement, des initiatives ciblées, comme le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation, sont destinées à venir en aide aux travailleurs en difficulté. Au-delà de ces questions internes, l'UE est confrontée à d'importants défis externes, qui requièrent de mener un certain nombre d'actions, notamment:

  • encourager le commerce international et maintenir l'Europe dans sa position de premier bloc commercial mondial;
  • gérer les migrations de façon à ce qu'elles constituent une source de travailleurs, une réponse au vieillissement et un atout pour le développement;
  • veiller à ce que l'UE demeure une source et une destination pour les investissements directs étrangers;
  • gérer les déséquilibres de l’économie mondiale en partenariat avec les autres acteurs internationaux.

La Commission joue un rôle important dans l’élaboration d’une stratégie cohérente pour relever les défis de la mondialisation. Elle analyse avec attention l’évolution des principales tendances du commerce mondial et des flux d’investissements directs étrangers, ainsi que les résultats de l’Union européenne dans ces domaines. Elle analyse aussi régulièrement les effets de la mondialisation sur les performances économiques de l'UE et émet des recommandations fondées sur ses analyses.