Chemin de navigation

Pièces et billets en euros

L’introduction de l’euro, d’abord comme «monnaie scripturale» en 1999 et ensuite sous la forme de billets de banque et de pièces en 2002, est l’une des plus belles réussites de l’Union européenne. Les pièces et billets en euros font désormais partie intégrante de la vie des gens et sont une réalité commerciale.

18/05/2009

La conception de l’euro a demandé des années de préparation et de planification afin de trouver un juste équilibre entre l’attrait esthétique, les dimensions pratiques et les critères de sécurité pour aboutir au lancement de huit pièces et sept billets en janvier 2002.

Les billets de banque arborent les mêmes motifs dans tous les pays de la zone euro. Les pièces ont un dessin commun sur une face et sur l’autre un motif propre à chaque pays.

La Banque centrale européenne (BCE) a le droit exclusif d’autoriser les banques centrales nationales de la zone euro à émettre des billets de banque en euros. Leur production et leur mise en circulation relèvent de la responsabilité des différentes banques centrales. Les pièces sont frappées par les États membres de la zone euro en quantités approuvées chaque année par la BCE et leur production est du ressort de l’hôtel des monnaies de chaque pays.

Inspiration grecque et latine


Comme toutes les monnaies, l’euro a un nom et un symbole:

  • Le nom – l’euro – a été choisi par le Conseil européen réuni à Madrid en 1995, dans le cadre des préparatifs pour l’instauration de la monnaie unique.
  • Le symbole de l’euro – € – s’inspire de la lettre grecque epsilon (Є). Il représente aussi l’initiale du mot «Europe» dans l’alphabet latin, tandis que les deux lignes parallèles qui barrent le symbole évoquent la stabilité. La Commission européenne a organisé un concours interne avant d’adopter le symbole de l’euro. Quelque 30 dessins ont été examinés – dont dix ont été testés auprès du public – et le graphisme définitif a été choisi en 1995 parmi deux propositions présélectionnées par le Président de la Commission à l’époque, Jacques Santer, et le Commissaire Yves Thibault de Silguy.

Formes et dimensions


Les dimensions différentes, les couleurs contrastées et les zones en relief des billets en euros aident les utilisateurs – y compris les malvoyants – à reconnaître leur valeur faciale. Les billets se déclinent en coupures de 5, 10, 20, 50, 100, 200 et 500 euros. Divers signes de sécurité sont présents sur les billets, notamment un filigrane, un fil de sécurité et un hologramme, pour prévenir la contrefaçon et faciliter l’identification d’un billet de banque authentique.

Des caractéristiques techniques perfectionnées ont aussi été développées pour les pièces, de façon à rendre leur reproduction illégale extrêmement difficile, surtout pour les pièces de 1 et 2 euros. La taille, la couleur et l’épaisseur des pièces permettent de distinguer leurs huit valeurs faciales, qui sont de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 cents, de 1 euro et de 2 euros.