Chemin de navigation

Gestion des finances publiques et développement macroéconomique

Les finances publiques ont des effets multiples et complexes sur l’économie réelle. Néanmoins, il existe un large consensus sur les trois grandes voies qu’elles peuvent emprunter pour améliorer la croissance et l'emploi.

L'accumulation des facteurs de production

Les administrations publiques peuvent contribuer directement à la croissance et à l'emploi en favorisant l'accumulation des facteurs de production par l’investissement:


•    dans le capital physique (infrastructures);
•    dans le capital humain (éducation et formation);
•    dans le capital intellectuel (recherche et développement, innovation);
•    ainsi que, dans une moindre mesure, dans les dépenses à caractère social.

Ces investissements ont des effets bénéfiques à long terme sur la production et la croissance. Toutefois, si le surcroît de dépenses publiques est financé par une hausse des impôts générateurs de distorsion ou s'il provoque une augmentation des déficits et donc de la dette publique, l'investissement public peut avoir pour effet d’évincer l'investissement privé.


Des incitations appropriées grâce aux systèmes de prélèvements fiscaux et de transferts sociaux

En influant sur les décisions des ménages et des entreprises en matière de travail, d'épargne et d'investissement, les régimes de prélèvements obligatoires et de prestations sociales ont des répercussions sur le fonctionnement de l'économie réelle. Les systèmes de protection sociale jouent un rôle important dans la correction des imperfections du marché et le maintien de la cohésion sociale, et, ce faisant, contribuent à la croissance et à l'emploi. Une protection sociale efficace peut être considérée comme un facteur «productif». Cependant, il est indispensable de veiller à ce que les régimes de prélèvements obligatoires et de prestations sociales soient favorables à la hausse des taux de participation et d'emploi.


Un climat macroéconomique stable

Une situation saine des finances publiques est un facteur de stabilité macroéconomique. Elle aide la politique monétaire à maintenir des prix stables et des taux d'intérêt peu élevés, stimulant ainsi l'investissement privé et l'épargne. L'assainissement des finances publiques, en réduisant les déficits publics et la charge de la dette, offre la latitude nécessaire pour diminuer les impôts ayant un effet de distorsion et/ou augmenter les dépenses publiques productives. Enfin, des finances publiques saines stimulent la croissance et l'emploi sur le long terme, en aidant les pays à faire face aux pressions à la hausse exercées sur les dépenses publiques, en particulier par les pensions de retraite et les soins de santé, du fait du vieillissement des populations.

L'évolution des politiques budgétaires dans l'Union européenne, et notamment du cadre de surveillance budgétaire mis en place par l'UE, fait régulièrement l'objet de suivi et d'analyse par la direction générale des affaires économiques et financières. Les résultats de ces analyses sont publiés chaque année dans un rapport intitulé «Les finances publiques dans l'UEM».

Autres outils

  • Version imprimable 
  • Diminuer la taille du texte 
  • Augmenter la taille du texte