Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Ouganda

Crédit photo : UE/ECHO/Martin Karimi

Quels sont les besoins?

La crise au Soudan du Sud a suscité le déplacement de près de 500 000 personnes vers les pays voisin, en particulier l’Éthiopie, le Kenya, le Soudan et l’Ouganda.

Comptant plus de 140 000 réfugiés et accueillant la deuxième plus vaste population de réfugiés sud-soudanais dans la région derrière l’Éthiopie, l’Ouganda a un lourd fardeau à porter. 86 % de ces nouveaux arrivants sont des femmes et des enfants, ce qui implique l’apparition d’importants besoins en matière de protection.

La crise au Soudan du Sud ne fait qu’ajouter au contexte déjà complexe de l’Ouganda, qui accueille aussi des réfugiés congolais venus y trouver refuge après le conflit entre le Mouvement du 23 mars et l’armée nationale, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Au total, on recense quelque 170 000 réfugiés congolais en Ouganda.

En quoi consiste notre aide?

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) répond actuellement à l’afflux massif de réfugiés en provenance du Soudan du Sud, qui s’installent dans le nord de l’Ouganda depuis 2013, outre l’aide qu’il apporte aux réfugiés congolais dans l’ouest de l’Ouganda, qui ont fui le violent conflit en cours dans l’est de la RDC.

ECHO contribue à la construction de nouveaux villages de réfugiés et à la protection de ces populations vulnérables, en assurant des services de base. En outre, ECHO suit aussi de près et réagit aux épidémies de maladies et aux catastrophes à petite échelle.

Entre 2002 et 2011, la Commission a alloué plus de € 158 millions d’aide pour secourir les personnes affectées par le conflit et les catastrophes en Ouganda. Pendant cette période, les fonds ont principalement servi à assister les populations des régions du nord, affectées par le violent conflit entre le gouvernement ougandais et l’Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Après la fin du conflit en 2011, la Commission a officiellement fermé son bureau humanitaire à Kampala. La responsabilité des activités de nutrition auprès des Karamojas et autres formes d’assistance a été transférée avec succès à la délégation de l’UE soutenant une programmation de développement durable pour le pays. C’est là un exemple de réussite de la coopération entre les services humanitaires et d’aide au développement – coopération soutenue par l’initiative de l’UE de Liaison entre aide d’urgence, réhabilitation et développement (LARD).

Dernière mise à jour 18/04/2016