Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Tanzanie

Excités après avoir avalé leur bol matinal de porridge chaud que leur fournit le Programme alimentaire mondial des Nations unies, avec le soutien de l’UE, les enfants jouent à la corde à sauter en attendant qu’on vienne les chercher pour aller au camp de réfugiés de Nyarugusu. © WFP Tanzania/Tala Loubieh

Quels sont les besoins?

L'aide humanitaire de la Commission européenne en Tanzanie relève d'un programme régional visant à aider les réfugiés, les personnes rapatriées et les demandeurs d'asile présents dans la région des Grands Lacs. En 2010, la Tanzanie a manifesté son souhait de devenir un «pays sans réfugié» et, partant, son intention de fermer un de ses deux derniers camps, Mtabila, qui accueille 38 000 Burundais, d'ici au 31 décembre 2012.

Le HCR a procédé à un exercice de vérification au terme duquel il est apparu que près de 3 000 Burundais avaient un besoin permanent de protection internationale conformément au statut de réfugié. Ces Burundais ont été transférés dans le camp de Nyarugusu, qui héberge près de 65 000 réfugiés provenant essentiellement de la République démocratique du Congo.

Le gouvernement tanzanien, soutenu par le HCR et l'OIM, a engagé un processus de rapatriement en bon ordre de près de 35 000 Burundais qui ne peuvent plus être hébergés en tant que réfugiés.
Cet exercice devrait déboucher sur la fermeture du camp de Mtabila.

En quoi consiste notre aide?

La Commission continue d'aider les réfugiés des camps situés au nord-ouest de la Tanzanie en répondant à leurs besoins essentiels et en assurant leur protection. Depuis 2002, la Commission européenne a consacré plus de 60 millions d'euros aux actions de rapatriement et de réinstallation dans cette partie du pays et au Burundi voisin.

La Commission européenne finance partiellement les opérations de rapatriement des réfugiés burundais, les aide à se loger et leur fournit un colis contenant de l'argent liquide, des rations alimentaires et des articles tels que des moustiquaires et des couvertures. Ils bénéficient également d'une assistance pédagogique et d'un accès gratuit aux soins de santé pendant trois mois lorsqu'ils arrivent au Burundi.

La Commission soutient le processus de naturalisation des réfugiés burundais qui vivent en Tanzanie depuis les années 1970.

Dernière mise à jour 18/04/2016