Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Tchad

La Commission soutient ses partenaires, comme le Programme alimentaire mondial de l’ONU, dans leur réponse aux besoins en matière de sécurité alimentaire et dénutrition, deux points figurant parmi les principaux défis humanitaires auxquels se trouve confronté le Tchad. © PAM/Rein Skullerud

Quels sont les besoins ?

Le Tchad demeure dans une situation d’urgence complexe, au croisement de cinq crises humanitaires majeures – au Sahel, au Nigéria, en République centrafricaine, au Darfour (Soudan) et en Libye. Ses 13,6 millions d’habitants sont désespérément pauvres et disposent d’une espérance de vie moyenne de seulement 51 ans. Ses taux de mortalité infantile et maternelle figurent parmi les plus élevés au monde.

Au-delà d’une crise alimentaire et nutritionnelle, le pays subit les effets des violences perpétrées par Boko Haram dans la région du lac Tchad et de tensions dans d’autres pays voisins. Les attaques de Boko Haram dans les villages frontaliers du Nigéria ont entraîné le déplacement de quelque 95 000 personnes.

Le pays accueille 380 000 réfugiés et rapatriés ayant fui le conflit au Nigéria, en République centrafricaine, en Libye et au Soudan (Darfour).

Le Tchad devrait subir les effets du phénomène climatique El Niño en 2016.

L’accès aux populations déplacées dans le pays est difficile. Certaines de ces personnes sont situées dans des zones reculées, difficilement accessibles par camion. Les contraintes logistiques, combinées à l’insécurité ambiante, compliquent fortement l’acheminement de l’aide. Malgré tous les efforts déployés par la communauté internationale, les besoins demeurent importants et urgents dans tous les secteurs.

Les fréquentes catastrophes naturelles (principalement des vagues de sécheresse, des cultures ravagées par des parasites, et des crues soudaines occasionnelles) ont un impact négatif sur les moyens de subsistance des populations et fragilisent ces dernières. Les prix alimentaires demeurent élevés alors que la résilience des populations est considérablement affaiblie, en conséquence des crises récurrentes, des déplacements de population, et de la faiblesse, voire l’absence, de services sociaux.

En quoi consiste notre aide ?

La Commission européenne apporte son soutien au Tchad depuis 1994. Le principal défi actuel consiste à répondre aux besoins en matière de sécurité alimentaire et de nutrition, dans l’ouest du pays, région directement affectée par la crise liée à Boko Haram.

L’aide humanitaire de la Commission au Tchad depuis 2012 dépasse les € 246 millions. Ces fonds ont significativement contribué au traitement des enfants souffrant de malnutrition aiguë, à l’organisation d’une aide pour les réfugiés et déplacés, et aux distributions d’aide alimentaire en nature ou sous forme d’allocations en espèces, aux familles les plus pauvres, au cours de la période de soudure. Aux côtés de ses partenaires, l’UE a ainsi financé des allocations en espèces ou sous forme de coupons, qui ont permis à 75 000 foyers (environ 450 000 personnes) de se payer des articles alimentaires de base en 2015.

En réponse à l’afflux de réfugiés et rapatriés, la Commission soutient aussi financièrement la prestation de soins de santé primaires et secondaires, pour les nouveaux réfugiés et leurs communautés d’accueil. Une première aide en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène a été fournie.

La Commission européenne a également financé les efforts de réponse aux épidémies et de renforcement de la résilience. La Commission a pour objectif d’améliorer les systèmes d’alerte précoce, ainsi que les niveaux de préparation et de réponse, aux échelles nationale et régionale.

 

Dernière mise à jour 08/06/2016