Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Burundi

La Commission européenne finance des activités visant à intégrer le traitement de la malnutrition dans le système de santé du pays. © UE/ECHO/Martin Karimi

Quels sont les besoins ?

Les évènements tumultueux de ces dernières décennies au Burundi ont entraîné plusieurs importantes vagues de réfugiés. Les massacres d’Hutus ont conduit 150 000 personnes à fuir le pays en 1972. Vingt ans après, l’assassinat du premier président hutu du Burundi a déclenché l’exode d’un demi-million de personnes, ainsi qu’une guerre civile qui dura jusqu’en 2005. Depuis les accords de paix d'Arusha et jusqu'à récemment, le Burundi traversait une période relativement pacifique.

Mais de nouveaux mouvements de réfugiés ont débuté en avril 2015 dans la région des Grands Lacs. Des protestations ont éclaté à Bujumbura, capitale du Burundi, après l’annonce, le 25 avril, que l’actuel président, M. Nkurunziza, briguerait un troisième mandat lors des élections présidentielles de juin. En conséquence, plus de 200 000 Burundais ont fui vers les pays voisins, la Tanzanie étant le premier de ces pays et accueillant plus de la moitié de ces réfugiés, suivie du Rwanda, de la République démocratique du Congo et de l’Ouganda.

En quoi consiste notre aide ?

La Commission européenne soutient le peuple burundais, à l’intérieur du pays et dans les pays voisins, depuis 1993. Grâce à son travail avec les partenaires, la Commission a été en mesure de répondre aux besoins humanitaires les plus urgents, en organisant des soins de santé, une aide alimentaire et nutritionnelle, et une assistance logistique.

Depuis l’an 2000, la Commission européenne a investi plus de € 40 millions dans des services de santé et de nutrition à destination des populations vulnérables du Burundi. Outre cette assistance, depuis 2007, la Commission finance des actions au profit des réfugiés congolais venus chercher une protection au Burundi.

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) soutient aussi le processus de rapatriement des réfugiés burundais de Tanzanie, qui avaient fui leur pays suite au premier conflit majeur entre les groupes ethniques hutu et tutsi, au début des années 1970 et, plus tard, lors de la guerre civile de 1993.

Depuis le début de l'afflux de réfugiés en avril 2015, la Commission a investi plus de € 36 millions dans la réponse aux besoins des populations déplacées.

La Commission européenne a été et demeure un important bailleur de fonds humanitaires pour les populations affectées par les conflits durables de la région des Grands Lacs.

Dernière mise à jour 31/05/2016