Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Yémen

Un camp de réfugiés à proximité du gouvernorat Haddjah. Crèdit photo: EU/ECHO/H.Veit

Quels sont les besoins?

Le Yémen est le pays le plus pauvre de la péninsule arabique. Plus de 47% de sa population vit en dessous du seuil de pauvreté, avec moins de deux euros par jour. Son taux de malnutrition est le troisième au monde. L’an dernier, la pauvreté, associée aux effets du conflit, de l'afflux de réfugiés et de migrants et de la hausse des prix des denrées alimentaires, a accentué une crise humanitaire déjà grave. Actuellement, les problèmes humanitaires les plus préoccupants sont les taux de malnutrition enregistrés dans certaines régions du pays et l'approvisionnement alimentaire, qui est devenu un problème pour près d'un Yéménite sur deux.

Depuis 2004, le nord du pays est le théâtre de conflits armés et a vu se succéder six grandes phases de combats ayant entraîné le déplacement de centaines de milliers de personnes, dont plus de 284 000 n'ont pas encore pu regagner leur foyer. Ceux qui sont rentrés doivent faire face aux lenteurs de la reconstruction et au manque de services de base les plus essentiels. Le conflit a également eu de graves répercussions sur les moyens de subsistance d'un million de personnes vivant à proximité des anciennes zones de combat. Les conflits ont entraîné le déplacement de plus de 180 000 personnes dans le sud. 162 000 sont désormais rentrées chez elles, mais vivent dans des conditions difficiles, les infrastructures ayant été détruites.

Le Yémen est par ailleurs directement touché par la crise humanitaire qui frappe la Corne de l'Afrique. Près de 242 000 réfugiés, essentiellement originaires de Somalie et d’Éthiopie, ont échoué dans le pays et vivent dans des conditions précaires, soit à Kharaz, l’unique camp de réfugiés, soit dans des zones urbaines défavorisées. Ces problèmes sont encore exacerbés par les troubles politiques et l'effondrement économique d'un pays déjà marqué par la pauvreté.

En quoi consiste notre aide?

Depuis le début de 2013, la Commission européenne a alloué 33 millions d'euros pour aider les populations souffrant de malnutrition ou d'insécurité alimentaire et menacées par les conflits armés. L'essentiel de ces ressources sert à apporter une aide et des traitements appropriés aux enfants souffrant de malnutrition aiguë. Le reste sert à fournir des vivres et de l'argent, de l'eau et des installations sanitaires, des soins de santé de base, des abris et des articles ménagers de première nécessité aux personnes déplacées à l'intérieur du pays, aux réfugiés en provenance de la Corne de l'Afrique et aux habitants qui hébergent ces populations déracinées. Face à la détérioration des conditions dans lesquelles vivent un nombre grandissant de migrants échoués au Yémen, ECHO a décidé de venir en aide à 15 000 personnes parmi les plus vulnérables en leur fournissant des abris, des soins de santé, une protection, de l'eau et des installations sanitaires.

Une petite partie des fonds alloués par la Commission sert à assurer le suivi de la situation humanitaire et des conditions de sécurité qui évoluent rapidement, ainsi que la coordination entre les acteurs humanitaires et les donateurs. Des actions de sensibilisation visant à diffuser des informations sur les principes de l'aide humanitaire (neutralité, impartialité et indépendance) sont également organisées. En outre, les États membres de l'UE ont débloqué en 2013 une enveloppe de 53 millions d'euros pour couvrir les besoins humanitaires du Yémen.

Last updated
08/07/2014