Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Algérie / Sahara occidental

Algeria by EU/ECHO / Caroline Gluck
© EU/ECHO / Caroline Gluck
Introduction

Le sort des réfugiés sahraouis est le résultat d’un conflit politique aux conséquences s’étant fait sentir sur le plan humanitaire. Leur situation doit être adressée conformément aux principes humanitaires de neutralité et d’impartialité. Les réfugiés sahraouis vivent dans cinq camps et ne disposent que d’un accès limité aux ressources en provenance de l’extérieur. L’aide humanitaire demeure donc essentielle à leur survie.

Quels sont les besoins ?

Le climat de cette région est très rude. L’accès aux ressources de base, comme la nourriture, l’eau, les soins de santé, est limité. Les camps isolés n’offrent pratiquement aucune opportunité d’emploi, créant une dépendance aux envois de fonds et à l’aide internationale chez les réfugiés. En ces lieux reculés, la logistique joue un rôle clé pour garantir la régularité des distributions d’articles de secours aux réfugiés.

Outre l’aide humanitaire, des ressources sont nécessaires pour proposer des perspectives d’avenir à la deuxième génération de Sahraouis - celle née dans les camps.

La cohésion sociale et la paix sont menacées au vu de la montée des frustrations chez les jeunes, qui manquent de perspectives d’avenir, en conséquence de l’impasse politique dans laquelle se trouve plongé ce conflit vieux de quatre décennies.

Carte Algérie - Sahara Occidental
En quoi consiste notre aide ?

La situation des réfugiés sahraouis est définie par la Commission européenne comme étant une ‘crise oubliée’ puisqu’elle ne bénéficie que de peu d’attention de la part des médias et de peu de financement de la part de la communauté internationale.

Depuis des décennies, le service de la Commission européenne de protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes apporte une réponse aux besoins fondamentaux des réfugiés sahraouis. La Commission européenne demeure un donateur de première importance pour ce peuple, parmi une poignée d’autres bailleurs de fonds. En effet, elle contribue plus de 49,9 % de toute l’aide humanitaire allouée.

L’aide alimentaire est un élément majeur du financement humanitaire octroyé par l’UE : près de € 5 millions ont été consacrés à des distributions de vivres essentiels, organisées par le Programme alimentaire mondial (PAM).

Après l’alimentation, l’accès à l’eau constitue une deuxième préoccupation majeure pour ces réfugiés. L’UE contribue à leur garantir un accès en suffisance à l’eau potable. Des projets ont été mis en œuvre pour relier les camps directement à des sources d’eau, via un réseau de tuyauterie et un camionnage de l’eau.

Un approvisionnement en médicaments de première nécessité et l’incinération des déchets médicaux sont aussi deux domaines bénéficiant d’un financement de la part de la Commission européenne. Une aide aux personnes en situation de handicap, aux personnes âgées et à leurs aides-soignants, ainsi qu’un renforcement capacitaire du personnel médical local sont aussi assurés.

La Commission finance également des projets dans le secteur de l’éducation. L’UE s’emploie à améliorer les infrastructures scolaires inadaptées, ainsi que les installations sanitaires des écoles, tout en renforçant le niveau scolaire faible en conséquence du manque de qualification des enseignants et du personnel éducatif.

Dernière mise à jour 21/09/2017