Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Colombie

Crèdit photo: EU/ECHO/Boris Heger

Quels sont les besoins?

La Colombie se classe deuxième derrière la Syrie en termes de quantité de personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) puisqu’elle en compte 6,4 millions (d’après les chiffres du gouvernement pour la période 1985-2015). En moyenne chaque année, 200 000 personnes supplémentaires sont contraintes au déplacement par le conflit en cours, et 397 000 réfugiés colombiens nécessitent une protection internationale en Équateur et au Venezuela (chiffres du HCR pour 2014).

Les principaux besoins des populations affectées par le conflit, en particulier dans les régions reculées, se situent au niveau de leur protection, de leur accès aux soins de santé, à une éducation et à l’eau potable, ainsi qu’au niveau de leur alimentation. Réfugiés et PDI ont souvent besoin de logements temporaires et d’articles ménagers de base (kits d’hygiène, ustensiles de cuisine), ainsi que d’un soutien psychologique et d’une protection légale.

La Colombie est également l’un des pays au monde les plus sujets aux catastrophes naturelles et les plus vulnérables aux risques naturels liés au changement climatique. Séismes, éruptions volcaniques, glissements de terrain, inondations et vagues de sécheresse sévères et récurrentes affectent des millions de gens à travers l’ensemble du pays.

En quoi consiste notre aide?

Venir en aide aux personnes touchées par le conflit

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) finance l’organisation d’une protection, de soins de santé, d’un approvisionnement en eau et d’un assainissement, pour les catégories les plus vulnérables parmi les Colombiens touchés par le conflit : femmes, enfants, populations autochtones et afro-colombiennes.

Les enfants colombiens (PDI et réfugiés) figurent également parmi les bénéficiaires de l’initiative des Enfants de la Paix de l’UE. Ces projets ont pour objectif de venir en aide aux mineurs et à la jeunesse exposés au risque d’un déplacement ou d’un recrutement par des groupes armés, en mettant à leur disposition des espaces protégés, destinés à des activités éducatives et récréatives, comme des écoles ou des refuges.

En 2015, ECHO a consacré € 11,4 millions à une aide aux victimes du conflit armé en Colombie, en Équateur et au Venezuela.

Le gouvernement de la Colombie a lancé des pourparlers de paix en 2012 avec les FARC, le plus grand groupe de guérilla du pays. Néanmoins, en dépit de quelques améliorations de la situation humanitaire, le conflit continue d’engendrer des souffrances et des déplacements continus, et déborde sur les pays voisins (Équateur et Venezuela). Si un accord de paix venait à voir le jour, les questions humanitaires demeureraient une priorité, en particulier pour ce qui concerne les communautés marginalisées et victimisées, comme les populations autochtones, les Afro-Colombiens et les femmes.

Répondre aux catastrophes

Venir en aide aux personnes frappées par les catastrophes naturelles et améliorer leur résilience et leur niveau de préparation se situent également au cœur du mandat d’ECHO. Depuis 1994, ECHO a investi € 15,4 millions dans sa réponse aux crises liées aux catastrophes naturelles. € 9,3 millions des fonds d’ECHO sont consacrés à des projets visant à renforcer le niveau de préparation des communautés et institutions face aux catastrophes naturelles.

En 2015, € 1,8 million tiré du programme de préparation aux catastrophes d’ECHO (DIPECHO) a été alloué à des activités ayant pour but d’améliorer les capacités de réponse des communautés colombiennes et des autorités locales face aux catastrophes naturelles.

Last updated
14/07/2015