Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Amérique centrale et Mexique

Central America and Mexico main image
© UE/ECHO/A. Aragón 2016.
Introduction

Chaque année, environ 1,7 million de personnes sont victimes de séismes, éruptions volcaniques, glissements de terrain, inondations, vagues de sécheresse et ouragans en Amérique centrale. L’impact de ces catastrophes est souvent sous-évalué, en particulier lorsqu’il s’agit d’évènements de moyenne ampleur ou liés au climat, comme les inondations et les vagues de sécheresse, même si leur impact peut s’avérer être très sévère.

En outre, la région connaît des niveaux élevés de violence. Les taux d’homicides de ces pays se situent parmi les plus élevés au monde.

Quels sont les besoins ?

Leur forte exposition aux risques de catastrophe naturelle, couplée à des niveaux de pauvreté et de violence extrêmes, érode les capacités de gestion des populations et institutions locales, conduisant à des situations d’urgence récurrentes. Quand des catastrophes frappent cette région, les principaux besoins se situent généralement au niveau du logement, de l’alimentation, de l’accès à l’eau potable, de l’assainissement, des soins de santé de base, de la protection, des approvisionnements en matériel de secours, de la promotion de l’hygiène, des infrastructures, et des moyens de subsistance. Compte tenu de leur forte vulnérabilité, le renforcement capacitaire des communautés et institutions locales est essentiel pour les préparer aux catastrophes et optimiser les ressources disponibles.

L’Amérique centrale souffre également les conséquences des violences généralisées - une crise silencieuse qui gangrène des pays entiers, forçant des centaines de milliers de gens à fuir les pays du ‘Triangle Nord’ (Guatemala, Salvador et Honduras). Le crime organisé est la cause de taux de mortalité équivalents à ceux constatés en période de guerre, provoquant des déplacements forcés, des pénuries au niveau des services de base, des recrutements d’enfants par les groupes armés et le confinement de populations entières.

Carte d'amérique centrale et Mexique
En quoi consiste notre aide ?

Depuis 1994, la Commission européenne a alloué € 223 millions d’aide humanitaire à l’Amérique centrale et au Mexique. Les deux tiers de ce montant à peu près (€ 148 millions) ont été investis dans des mesures pour contrer des urgences comme les inondations, vagues de sécheresse, épidémies, séismes, éruptions volcaniques, déplacements internes de population, et les conséquences humanitaires du crime organisé. Le tiers restant (€ 74,3 millions) a, quant à lui, servi à préparer les communautés vulnérables et leurs institutions locales à faire face aux futures catastrophes. En 2017, la Commission a débloqué € 2,1 millions pour venir en aide aux populations les plus vulnérables du Guatemala, et pour répondre à la crise alimentaire à laquelle se trouvent confrontées les communautés les plus vulnérables, affectées par les récurrentes vagues de sécheresse et la dégradation des institutions chargées de prévenir et gérer ce type de crises aux niveaux local et national. Pour 2018, elle a prévu d’allouer € 1 million au renforcement de la sécurité alimentaire dans la région.

La Commission a aussi apporté son soutien au Mexique après les séismes meurtriers des 7 et 19 septembre 2017, qui ont fait plus de 450 morts et affecté quelque 7 millions d’enfants. La Commission a débloqué € 158 000 pour aider 1640 élèves et 41 enseignants d’Oaxaca à reconstruire leurs classes. Dans le cadre du mécanisme européen de protection civile, l’UE a en outre déployé des ingénieurs spécialisés dans les structures, pour contribuer à l’évaluation des dégâts causés par les séismes sur les infrastructures.

Via le programme d’éducation en contexte d’urgence, en 2016 et 2017, la Commission a alloué € 1,8 million à des mesures de facilitation de l’accès à l’éducation, à la protection et aux soins de santé (soins psychologiques compris) des enfants et adolescents (et leurs familles) au Guatemala, au Honduras et au Salvador - trois pays très affectées par les conséquences humanitaires des violences. La Commission européenne a intégré des mesures de réduction des risques de catastrophe (RRC) dans l’ensemble de ses projets, et complètement dédié certains projets à la gestion de ce type de risques. Son programme de préparation aux catastrophes (DIPECHO) concentre son action sur le renforcement capacitaire des communautés et institutions locales, en les aidant à mieux identifier les risques et prendre des mesures d’atténuation afin qu’elles soient mieux préparées à répondre aux catastrophes naturelles. DIPECHO 2017-2018 a octroyé € 2 millions à des activités de préparation menées en Amérique centrale, dont 15 900 personnes ont profité. Pour 2018, € 3 millions seront alloués au renforcement des capacités locales, via des projets DIPECHO.

Dernière mise à jour
24/01/2018