Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Caraïbes

La République Dominicaine après l'ouragan Sandy, 2012. Crèdit photo: Plan International

Quels sont les besoins ?

Dans les Caraïbes, la plupart des urgences humanitaires sont la conséquence des fréquents phénomènes naturels, comme des ouragans, des inondations soudaines, des glissements de terrain et des coulées de boue. Certaines îles sont aussi menacées par les tremblements de terre, les séismes, les tsunamis et les éruptions volcaniques (il y a plus de 30 volcans actifs dans la région). Plus de 20 millions de personnes ont été concernées par des phénomènes naturels entre 1980 et 2013.

La densité élevée de population, l’importante croissance démographique, les inégalités sociales et l’extrême pauvreté affaiblissent les capacités de gestion des catastrophes des communautés les plus vulnérables.

En quoi consiste notre aide ?

Les actions menées par le bureau dans les Caraïbes du service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) couvrent 24 pays et territoires d'Outre-Mer. Ces actions visent à réduire l’impact des futures catastrophes en préparant les populations vivant dans les régions les plus sévèrement frappées par les phénomènes naturels.

Depuis 1994, l’UE a déjà octroyé quelques € 147 millions d’aide humanitaire à la région (sans compter les fonds octroyés à Haïti après le tremblement de terre) afin de renforcer la gestion des catastrophes lorsqu’elles se produisent et de mieux préparer les communautés locales aux futures et catastrophes naturelles.

Réaction aux catastrophes

En 2014, l'UE a contribué à porter secours aux victimes des inondations de Noël 2013 à Sainte-Lucie, ainsi qu'à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.  300 000 ont été accordés afin de distribuer des vivres et de porter secours, ainsi qu' à mener des actions visant à améliorer l'accès à l'eau et à l'assainissement, à la promotion de l'hygiène pour réduire le risque de maladies, et de rétablir les services de santé.

En 2012, l’UE a consacré € 11,7 millions aux efforts de réponse aux dégâts occasionnés par l’ouragan Sandy dans les Caraïbes. Les fonds octroyés à Haïti, à Cuba, à la République dominicaine, et à la Jamaïque ont servi à la mise en place d’abris, à la distribution d’eau potable, à l’organisation d’activités de réduction des risques sanitaires relatifs aux maladies hydriques (fièvre de dengue, choléra, leptospirose) et de reconstitution des moyens de subsistance des populations les plus sévèrement touchées.

L’UE est également venue en aide aux personnes concernées par l’épidémie de choléra en République dominicaine, qui a engendré le décès de 471 personnes parmi 31 646 cas suspectés (Juillet 2014). Les fonds alloués ont permis de contenir la maladie depuis 2010, en soutenant des actions au sein des communautés, pour un montant d’€ 1,2 million, venant en aide à plus de 200 000 personnes. Les fonds européens ont servi à améliorer la situation sanitaire, à organiser un accès à l’eau potable et à promouvoir des mesures d’hygiène, ainsi qu’à renforcer les capacités des hôpitaux et à mettre sur pied des unités de réhydratation orale au niveau des communautés. 

Préparation des communautés locales aux futures catastrophes

DIPECHO, le programme de préparation aux catastrophes de la Commission européenne, œuvre à l’amélioration de la préparation aux catastrophes des communautés les plus à risque en, entre autres choses, cartographiant les risques, en élaborant des plans d’urgence et des systèmes d’alerte précoce, en formant et en sensibilisant les populations. Ce programme démontre que des mesures de préparation simples et rentables peuvent s’avérer être un moyen efficace de limiter les pertes matérielles et humaines.

Le programme DIPECHO pour la période 2013-2014 a consacré € 8,5 millions à des activités de préparation aux catastrophes dans la région.

Last updated
07/10/2014