Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Les Philippines

Philippines: Typhoon rips through Mindanao © European Union/ECHO/Joelle Goire
Crèdit photo: EU/ECHO/Joelle Goire

Quels sont les besoins ?

Les Philippines sont l’un des pays au monde les plus sujets catastrophes naturelles. Le pays dispose de capacités de gestion des crises bien développées, mais la Commission européenne doit régulièrement y intervenir pour organiser une aide humanitaire d’urgence en raison de la grande fréquence des cyclones, souvent suivis de fortes tempêtes. Une vingtaine de typhons, dont bon nombre aux effets destructeurs, frappent chaque année ce pays. Le plus assassin d’entre eux jusqu’à présent fut le typhon Haiyan (ou ‘Yolanda’), qui a complètement dévasté l’archipel début novembre 2013. En 2016, au moins trois tempêtes violentes – les typhons Meranti, Sarika et Haima – se sont abattus sur cette nation insulaire entre septembre et octobre. Localement connus sous les noms respectifs de Ferdie, Karen et Lawin, ces tempêtes ont engendré des destructions massives à travers le nord du Luzon, affectant plus d’un million de personnes. Avant cela, à la mi-décembre 2015, le typhon Melor (localement connu sous le nom de ‘Nona’) a touché le centre du pays, causant aussi d’importants dégâts.

Les inondations, glissements de terrain et destructions d’habitations et de moyens de subsistance causés par ces fréquentes tempêtes plongent souvent les populations dans le besoin, notamment d’un hébergement provisoire, de nourriture et d’articles non-alimentaires, d'eau potable, d’installations sanitaires et de soins de santé de base, etc. Les déplacements de population liés aux troubles sociopolitiques sévissant dans plusieurs régions du pays engendrent des besoins humanitaires similaires chez les populations vulnérables.

En dépit d’efforts constants pour mettre fin à des décennies de conflit à Mindanao, des explosions sporadiques de violence entraînent aussi des déplacements temporaires de communautés dans le sud de l’archipel. Le conflit a jusqu’ici entraîné le déplacement de plus de 495 000 personnes depuis 2012 et entravé l'accès à l'éducation pour les enfants.

En quoi consiste notre aide ?

Depuis 1997, l’UE a débloqué plus de € 75 millions pour mener des opérations de secours en faveur des survivants de catastrophes naturelles et € 25,4 millions pour aider les victimes des conflits armés. € 10 millions supplémentaires ont été alloués entre 1998 et 2017, dans le cadre du programme de réduction des risques de catastrophes (DIPECHO) pour aider les populations à mieux résister aux catastrophes.

En 2016, la Commission européenne a alloué plus de € 2,1 millions pour répondre aux besoins des communautés les plus vulnérables, affectées par les typhons Meranti, Sarika, Haima et Melor. Afin d’aider les familles touchées fin 2013 par le dévastateur typhon Haiyan, l’UE a débloqué, au total, € 30 millions pour permettre à ses partenaires d’organiser une aide humanitaire, une aide au rétablissement précoce et une aide de réhabilitation. € 10 millions supplémentaires, tirés des fonds de développement, ont quant à eux été investis dans des efforts de reconstruction des infrastructures.

En réponse au conflit qui déchire l’île méridionale de Mindanoa depuis des dizaines d’années, la Commission a débloqué, ces trois dernières années (2015-2017), près de € 3 millions pour répondre aux besoins humanitaires engendrés par cette crise. Ces fonds ont permis de fournir des articles de première nécessité aux personnes les plus vulnérables, et de gérer et organiser des services sur les sites d’évacuation et d’accueil des déplacés. € 1 million supplémentaire a été alloué en 2016 pour garantir l’accès des enfants affectés par le conflit à une éducation de qualité.

Dernière mise à jour
15/06/2017