Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Asie Centrale

Les communautés vivant dans les montagnes du Pamir, dans le Tadjikistan oriental, sont souvent extrêmement isolées. Les gens vivent dans les vallées étroites, entourées de montagnes abruptes sujettes aux avalanches, coulées de boue et glissements de terrain. La construction de terrasses le long des flancs de colline, permet de réduire la vitesse et la force des coulées de boue. Crédit photo : UE/ECHO/H. Veit

Quels sont les besoins ?

Le Kirghizistan, le Kazakhstan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ouzbékistan – les cinq républiques d’Asie centrale – sont particulièrement exposées aux catastrophes naturelles, comme les glissements de terrain, les avalanches, les inondations, les séismes, les vagues de sécheresse et les fontes glacières.

La plupart des catastrophes naturelles sont liées aux caractéristiques géographiques de la région. Cependant, les catastrophes de petite ou moyenne ampleur sont de plus en plus souvent le résultat des effets du changement climatique. Il est donc essentiel d’améliorer les mesures de réduction des risques de catastrophe et de renforcer les capacités institutionnelles aux niveaux local, régional et national, afin d’assurer la résilience de ces communautés.

En quoi consiste notre aide ?

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) est présent en Asie centrale depuis plus de deux décennies. Il y a commencé ses opérations humanitaires en réponse à la guerre civile qui a sévi au Tadjikistan en 1992 et a poursuivi son soutien au fil des ans pour répondre aux effets des fréquentes flambées de violence dans la région. Plus récemment, la Commission a porté secours aux populations affectées par les affrontements interethniques au Kirghizistan en 2010.

Une autre priorité de l’UE dans la région est l’aide qu’elle apporte en réponse aux récurrentes catastrophes naturelles, comme par exemple, lors du séisme qui a secoué la province d’Osh au Kirghizistan en novembre 2015, ou encore lors de la crise d’insécurité alimentaire qui a accablé le sud du Tadjikistan en 2012, en conséquence d’un hiver particulièrement rude.

Depuis 2003, la Commission a progressivement accru ses activités dans la régio, dans le cadre de son programme de préparation aux catastrophes, connu mondialement sous le nom de DIPECHO. Près de 100 projets ont déjà été financés par les sept précédents cycles DIPECHO, à hauteur de plus de € 33 millions.

Le plan d’action DIPECHO pour l’Asie centrale et le Caucase du Sud (2014-2015) incite les partenaires humanitaires à adapter les précédents modèles efficaces de réduction des risques de catastrophe ancrés dans les communautés, aux besoins et contextes actuels, et à faciliter la coordination entre partenaires du développement et agences gouvernementales, afin de s’assurer que les mesures de réduction des risques de catastrophe soient intégrées dans les plans locaux, étatiques et nationaux de développement. Il soutient également la mise en œuvre de programmes relatifs à la sécurité des écoles, la préparation des hôpitaux et l’atténuation des risques urbains de catastrophe.

Dernière mise à jour
14/04/2016