Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Asie Centrale

Quels sont les besoins?

Le Kirgizstan, le Kazakhstan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan — les cinq républiques d'Asie centrale — sont particulièrement exposés aux catastrophes naturelles telles que les glissements de terrains, les avalanches, les inondations, les tremblements de terre, les sécheresses et la fonte des glaces.

La plupart de ces catastrophes naturelles sont liées aux caractéristiques géographiques de la région. Toutefois, un nombre croissant de catastrophes, de petite ou moyenne ampleur, sont la conséquence des changements climatiques. Il est donc essentiel d'améliorer les mesures de réduction des risques de catastrophes et de renforcer les capacités institutionnelles au niveau local, régional et national pour permettre aux populations de faire face à ces phénomènes.

En quoi consiste notre aide?

Depuis 2003, la Commission européenne a alloué plus de 33 millions d'euros au titre de son programme de préparation aux catastrophes DIPECHO afin d'encourager une culture de la sécurité et de la préparation aux catastrophes en Asie centrale.

En janvier 2012, la Commission a lancé un nouveau plan d'action DIPECHO en faveur de l'Asie centrale et du Caucase du Sud. Les projets financés par ce plan ont débuté au printemps 2012 pour une durée allant jusqu'à 18 mois. Ils s'achèveront entre juin et le début de l'automne 2013. Le plan d'action est doté d'une enveloppe de 8 millions d'euros, dont 5 millions iront à l'Asie centrale. Les activités sont mises en œuvre par dix partenaires: organisations spécialisées des Nations unies, sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et ONG internationales. Elles couvrent notamment la préparation de plans d'urgence au niveau local; la formation des populations aux techniques de préparation aux catastrophes; l'amélioration des systèmes d'alerte précoce et des mécanismes de coordination; la construction de petits dispositifs destinés à atténuer les effets des catastrophes; la sensibilisation des autorités nationales et des acteurs du développement à la réduction des risques de catastrophes et une meilleure intégration des activités de réduction des risques dans l'éducation.

En cas de catastrophes dans la région, la Commission européenne est en mesure de mobiliser rapidement des fonds pour venir en aide aux victimes, comme cela a été le cas après l'hiver extrêmement rude qu'a connu le Tadjikistan en 2012. En 2012, ECHO a financé trois projets d'aide alimentaire urgente au Tadjikistan, pour un montant de 2 millions d'euros. Il a en outre apporté deux contributions au Fonds d'urgence pour les secours lors de catastrophes (FUSC) de la FICR, en faveur du Tadjikistan et du Kirgizstan, pour un montant de 80 000 et 40 000 euros respectivement.

Last updated
20/08/2014