Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Bangladesh

Aide alimentaire au Bangladesh, en coopération avec le Programme alimentaire mondial. Crédit photo : UE/ECHO/Pierre Prakash

Quels sont les besoins ?

Le Bangladesh est particulièrement exposé aux catastrophes naturelles : inondations, cyclones, glissements de terrain, vagues de sécheresse et séismes. Les experts humanitaires redoutent que sa croissance démographique et son urbanisation rapide ne fassent qu’intensifier les conséquences de ces catastrophes.

Différentes régions du Bangladesh subissent, presque annuellement, des inondations et des cyclones. À la mi-mai 2016, le cyclone tropical Roanua apporté dans son sillage des pluies torrentielles ayant entraîné de fortes inondations et plusieurs glissements de terrain dans diverses régions côtières, en particulier dans le sud-est du pays. Plus de 75 000 foyers ont été détruits ou endommagés et environ 1.3 million de personnes ont été affectées. En outre, les récurrents cycles d’engorgement continuent de menacer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des communautés des régions du sud-est.

Depuis plus de 30 ans, les Rohingyas – une minorité religieuse, linguistique et ethnique originaire du Myanmar/Birmanie – trouvent refuge au Bangladesh. Souvent non enregistrés, ils vivent dans des camps provisoires et ont besoin d’une assistance humanitaire fondamentale. Nombre d'enfants de cette communauté souffrent de malnutrition.

Dans la région montagneuse du Chittagong, région isolée du sud-est du Bangladesh, l’insécurité alimentaire a atteint des niveaux alarmants, sous l’effet combiné d’un conflit séparatiste vieux de vingt ans, de pressions démographiques, de tensions ethniques, d’un déclin de la productivité de l’agriculture traditionnelle sur brûlis, et d’une invasion de rongeurs, il y a quelques années de cela.

En quoi consiste notre aide ?

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) est actif au Bangladesh depuis 2002, tant en matière de préparation aux catastrophes qu’en matière de secours d’urgence. Il continue de financer des programmes d’aide d’urgence en faveur des populations affectées par les catastrophes naturelles, et demeure engagé à fournir une aide vitale de première nécessité aux quelque 45 000 réfugiés rohingyas non enregistrés vivant dans le camp de fortune de Kutupalong et sur le site de Leda.

En 2016, la Commission poursuit ses activités humanitaires au Bangladesh, en organisant notamment un soutien pour les Rohingyas et les populations locales vivant à proximité des camps de réfugiés. Ce soutien comprend l’organisation de soins de santé, de soins nutritionnels, d’installations sanitaires et hydrauliques, de services de protection, ainsi que des programmes de sécurité alimentaire et d’aide de subsistance, dans la région montagneuse reculée du Chittagong.

La Commission finance de plus en plus de programmes de préparation aux catastrophes ancrés dans les communautés, en soutenant, entre autres, des initiatives comme la construction d’infrastructures résistantes aux inondations ou la mise en place de systèmes d’alerte précoce. En 2016, l’UE a alloué € 2,7 millions à des projets de réduction des risques de catastrophe, de préparation aux catastrophes et de renforcement de la résilience. Et depuis 2001, elle a contribué un total de plus de € 20 millions à ces fins.

Dernière mise à jour 19/09/2016