Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Sahel

Crèdit photo: EU/ECHO
Introduction

Au vu de l’irrégularité des pluies, de l’insécurité durable et des tarifs alimentaires élevés, la région du Sahel est confrontée à la pire crise alimentaire jamais connue en quatre ans. La situation est particulièrement inquiétante dans les six pays (Mauritanie, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) ayant enregistré une hausse de 50% par rapport à l’an dernier du nombre de personnes nécessitant une aide alimentaire d’urgence. La situation se dégrade rapidement étant donné que des milliers de familles ont épuisé leurs réserves alimentaires quatre mois plus tôt que prévu et que la prochaine récolte n’aura pas lieu avant septembre.

Quels sont les besoins ?

La situation humanitaire dans le Sahel est extrêmement fragile : près de 11,8 millions de personnes dans huit pays différents ont besoin d’une aide alimentaire immédiate pour éviter la famine ; les femmes et les enfants sont les plus durement touchés. Près de 4 millions d’enfants risquent de souffrir de malnutrition aiguë sévère et nécessitent un traitement vital, soit 20% de plus que l’année dernière. 

Les pénuries d’eau et de fourrage se sont traduites par une transhumance la plus précoce depuis 30 ans, et menacent quelque 2,5 millions d’éleveurs et agriculteurs nomades. Des milliers de familles sont contraintes d’adopter des stratégies d’adaptation nuisibles, comme réduire leur nombre de repas et leurs soins de santé ou encore déscolariser leurs enfants. Dans certaines régions, plus de 50% des populations affectées ont déjà recours à des mesures d’urgence, comme vendre leurs biens précieux, notamment leur bétail, ou encore migrer.

Cette situation de crise pourrait durer plus longtemps que prévu, car la saison des pluies cette année pourrait bien être retardée. Il est donc crucial de renforcer l’aide alimentaire et nutritionnelle en réponse à cette crise.

Sahel carte du region
En quoi consiste notre aide ?

L’Union européenne est l’un des principaux bailleurs de fonds humanitaires au Sahel. En 2017, la Commission européenne a débloqué € 240 millions d’aide humanitaire en faveur des personnes vivant dans cette région. Ces fonds comprenaient € 90,2 millions d’aide alimentaire, € 56,7 millions d’aide nutritionnelle, € 22,5 millions de soins de santé, € 21,7 millions d’aide en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène, et € 11 millions pour des mesures de protection.

Depuis 2015, la Commission européenne et le Royaume-Uni implémentent un programme commun baptisé ‘Aide humanitaire pour les urgences au Sahel’ (PHASE). En 2017, la contribution du Département pour le développement international (DFID) du Royaume-Uni était de près de € 50 millions.

Grâce à ces efforts communs, la Commission européenne continue d’apporter une aide vitale aux populations affectées par le conflit, ainsi qu’une aide alimentaire essentielle aux foyers vulnérables et des traitements indispensables aux enfants sévèrement dénutris.

En 2018, l’UE prévoit de venir en aide à plus d’un million de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire d’urgence, tout en fournissant des traitements aux plus de 300 000 enfants souffrant de malnutrition sévère et risquant la mort. Les activités actuellement financées comprennent une aide alimentaire sous forme de transferts en espèces, de coupons alimentaires ou de rations alimentaires en nature, ainsi que des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi et des médicaments essentiels pour améliorer la santé des enfants sévèrement dénutris. Les fonds humanitaires de la Commission permettent aussi d’équiper les centres de santé en systèmes hydrauliques et d’hygiène, de former le personnel et de renforcer le dépistage des enfants en danger.

Alors que les besoins humanitaires sont immenses dans cette région cette année, des efforts communs avec les partenaires du développement sont essentiels si l’on veut contribuer à renforcer la résilience de cette région sur le long terme. L’initiative ‘Alliance globale pour la résilience’ (AGIR) a été lancée lors de la crise alimentaire et nutritionnelle de 2012 au Sahel, dans le but d’atteindre l’objectif ‘Zéro Faim’ dans la région du Sahel d’ici 2032. L’UE a été étroitement impliquée dans la création d’AGIR et continue d’apporter son soutien à l’initiative. La dynamique engendrée par AGIR a poussé dix pays de la région à adopter des priorités nationales en matière de résilience. Ces pays attendent un soutien global de la part de la communauté humanitaire internationale afin de traduire ces priorités en actions concrètes.

La Commission est également engagée auprès d’initiatives de réduction des risques de catastrophe aidant les populations à éviter ou mieux se préparer aux catastrophes naturelles.

Dernière mise à jour
18/06/2018