Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Niger

Niger by ALIMA
© ALIMA/WTYSL
Introduction

Les besoins humanitaires au Niger demeurent immenses en raison de l’insécurité alimentaire durable, d’une forte malnutrition générale chez les enfants de moins de cinq ans, et du déplacement des populations fuyant les conflits au Mali et au Nigéria. Même les années de bonne récolte, entre 4 et 5 millions de personnes sont confrontées à des pénuries alimentaires. La situation s’est encore détériorée en 2015, en raison des débordements du conflit au Nigéria ayant entraîné des déplacements supplémentaires de population et une hausse du nombre de réfugiés dans la région de Diffa.

Quels sont les besoins ?

Au Niger, les crises alimentaires successives, l’extrême pauvreté, les déplacements de population et l’importante croissance démographique continuent d’éroder la résilience des populations. En dépit de bons résultats agricoles depuis 2014, les effets de ces crises alimentaires prolongées se font encore sentir cette année dans les foyers les plus vulnérables. De nombreuses familles nigériennes doivent encore se remettre des précédentes crises et ne sont pas capables de couvrir leurs besoins alimentaires de base. On estime que 1,8 million de personnes auront besoin d’une aide alimentaire d’urgence, soit deux fois plus qu’en 2016.

En ce qui concerne la malnutrition, 309 175 enfants de moins de cinq ans, souffrent de malnutrition aiguë sévère (MAS). Sans une aide essentielle, on estime que plus de 100 000 enfants pourraient mourir de malnutrition chaque année. Des cas de méningites ont été signalés dans six régions du pays.

Le conflit avec Boko Haram au Nigéria a entraîné le déplacement de plus de 300 000 réfugiés, personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) et rapatriés dans la région de Diffa. Leurs besoins les plus pressants se situent au niveau de l’alimentation, la nutrition, la santé, l’eau, l’assainissement et l’hébergement. L’accès aux personnes dans le besoin, en particulier celles vivant hors des camps près du lac Tchad, demeure problématique en raison des contraintes sécuritaires et des limitations liées à l’état d’urgence. Le conflit au Mali impacte toujours la situation au Niger, puisque le pays accueille 55 892 réfugiés maliens.

Map Niger
En quoi consiste notre aide ?

La Commission européenne figure parmi les principaux bailleurs de fonds fournissant des secours d’urgence et une aide vitale au Niger. En 2016, elle a soutenu l’organisation d’un traitement pour plus de 265 000 enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë sévère, y compris parmi eux, certains ayant fui les violences sévissant au Nigéria et au Mali. Cela représente à peu près 70% de la totalité des enfants traités à l’échelle nationale, estimée à 400 000 enfants.

La réponse humanitaire de l’UE couvre aussi des activités de prévention de la malnutrition aiguë sévère dans les régions les plus vulnérables. L’aide alimentaire est principalement assurée par des programmes d’aide en espèces ou sous forme de coupons alimentaires, complétés par des rations alimentaires nutritives pour les enfants âgés entre 6 et 23 mois ainsi que pour les femmes enceintes ou qui allaitent, issus de foyers très pauvres et vulnérables.

Les partenaires médicaux du service de la Commission européenne chargé de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes organisent également le traitement des principales maladies mortelles, comme la malaria, la diarrhée et les infections respiratoires. Ces services de santé et de nutrition sont intégrés dans le système de soins de santé du pays et organisés en étroite collaboration avec le personnel soignant national.

Alors que le nord-est du Nigéria connaît une escalade des violences, la Commission européenne a décidé de renforcer son soutien financier afin de garantir une aide d’urgence aux réfugiés, déplacés et foyers les accueillant dans la région reculée de Diffa, en allouant quelque € 20 millions spécifiquement à cette région. Surveiller l’évolution de la situation dans l’ouest du pays (Tillabéry et Tahoua) est aussi une priorité, puisque l’évolution de la situation sur le plan sécuritaire dans le nord du Mali demeure très fragile et volatile.

L'UE a également soutenu la population touchée par des inondations massives en 2017, avec € 400 000 d'aide humanitaire.

Dernière mise à jour
08/09/2017