Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Niger

Niger by ALIMA
© ALIMA/WTYSL
Introduction

Les besoins humanitaires au Niger demeurent immenses en raison d’une insécurité alimentaire durable, d’une forte malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans, et du déplacement des populations fuyant les crises au Mali et dans la région du lac Tchad. Même les années de bonne récolte, entre 4 et 5 millions de personnes, déjà vulnérables, sont généralement confrontées à des pénuries alimentaires.

Quels sont les besoins ?

Le Niger fait face à cinq crises majeures : une crise d’insécurité alimentaire, une crise de malnutrition aiguë, une crise de déplacements forcés découlant du conflit, une crise sanitaire (épidémies), et une crise liée aux catastrophes naturelles, notamment les inondations et vagues de sécheresse.

Les crises alimentaires successives, l’extrême pauvreté, l’importante croissance démographique et l’augmentation des tarifs alimentaires continuent d’éroder la résilience des populations. De nombreuses familles nigériennes doivent encore se remettre des précédentes crises et ne sont pas capables de couvrir leurs besoins alimentaires de base. En 2018, 2,3 millions de personnes ont besoins d’une aide humanitaire, ce qui représente une hausse de 21% par rapport à 2017. Le gouvernement du Niger prévoit que près d’1,4 million de personnes se retrouveront en situation d’insécurité alimentaire pendant la période de soudure 2018. En outre, le pays doit faire face à de récurrentes épidémies de malaria, d’hépatite E et de méningite.
La situation sur le plan humanitaire a été exacerbée par la crise que le pays traverse sur le plan sécuritaire. Le conflit avec Boko Haram au Nigéria a entraîné d’importants déplacements forcés dans la région de Diffa, qui accueille plus de 250 000 réfugiés nigérians, déplacés et rapatriés. Les besoins les plus urgents de ces personnes se situent au niveau de l’alimentation, la nutrition, la santé, l’accès à l’eau, l’assainissement et l’hébergement. L’accès aux personnes dans le besoin demeure problématique en raison des contraintes sécuritaires. La situation nutritionnelle dans la région de Diffa a atteint des niveaux alarmants. La malnutrition aiguë globale dépasse le seuil d’urgence de 15% chez toutes les communautés de la région. Le conflit au Mali continue d’avoir des conséquences au Niger : 55 892 Maliens sont réfugiés dans le pays et il y a beaucoup de personnes déplacées dans les régions de Tillaberry et Tahoua.
Le Niger est également affecté par les inondations. En 2017, 206 000 personnes ont été concernées.

Map Niger
En quoi consiste notre aide ?

La Commission européenne figure parmi les principaux bailleurs de fonds fournissant des secours d’urgence et une aide vitale au Niger.

En 2017, en réaction à l’escalade des violences dans le nord-est du Nigéria, la Commission européenne a renforcé son aide, octroyant € 30 millions supplémentaires à l’organisation d’une aide d’urgence pour les réfugiés, déplacés et communautés accueillant ces derniers dans la région nigérienne reculée de Diffa. En 2018, la réponse humanitaire européenne continuera de se concentrer sur les besoins fondamentaux, notamment en matière d’alimentation, d’hébergement, de santé, de nutrition, de protection, d’accès à l’eau, d’assainissement et d’hygiène.

En 2018, l’aide humanitaire de l’UE continuera également de soutenir le traitement et la prévention de la malnutrition aiguë sévère chez les populations les plus vulnérables. En outre, une aide sera fournie pour renforcer la préparation et les capacités de réaction d’urgence des communautés et acteurs régionaux/nationaux en particulier dans le cas de crises alimentaires et nutritionnelles. En 2017, la Commission européenne a soutenu le traitement de plus de 143 000 enfants de moins de cinq ans, souffrant de malnutrition aiguë sévère, y compris ceux ayant fui les violences au Nigéria et au Mali. Ce nombre équivaut environ à 40% du nombre total de personnes traitées dans l’ensemble du pays (estimé à 358 000 personnes).

Une aide alimentaire est fournie principalement via des plans d’aide en espèces ou sous forme de coupons alimentaires. Des rations d’aliments nutritifs complémentaires sont aussi fournies pour les enfants âgés de 6 à 23 mois et les femmes enceintes ou qui allaitent, issus de foyers particulièrement pauvres et vulnérables. En 2017, l’Union européenne a aidé 115 000 personnes, soit près de 10% de l’ensemble des personnes ayant le plus besoin d’une aide.

Les partenaires médicaux du service de la Commission européenne chargé de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes organisent un traitement d’urgence pour les cas de maladies les plus mortelles, comme la malaria, la diarrhée et les infections des voies respiratoires. Les services de santé et de nutrition sont intégrés au système de santé du pays et prestés en étroite collaboration avec le personnel national de santé.

Dernière mise à jour
22/02/2018