Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Niger

Niger by ALIMA
© ALIMA/WTYSL
Introduction

Les besoins humanitaires au Niger demeurent significatifs en raison d’une insécurité alimentaire durable, d’une forte malnutrition infantile, et du déplacement forcé de centaines de milliers de personnes en conséquence des crises sévissant au Mali et dans la région du lac Tchad. Même les années de bonne récolte, entre 4 et 5 millions de personnes, déjà vulnérables, sont généralement confrontées à des pénuries alimentaires. 2018 s’avère être une année particulièrement difficile dans la région du Sahel, au vu de la grave crise alimentaire et nutritionnelle qui y affecte des millions de personnes.

Quels sont les besoins ?

Le Niger est le deuxième pays le moins bien classé dans le rapport de l’ONU sur le développement de 2016 et doit composer avec cinq crises majeures, liées à l’insécurité alimentaire, à la malnutrition aiguë, aux déplacements forcés dus aux conflits, aux épidémies et aux catastrophes naturelles (inondations et sécheresse notamment). De nombreuses familles nigériennes, qui doivent encore se remettre des crises précédentes, ne sont pas en mesure de couvrir leurs besoins alimentaires de base. En 2018, 2,3 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire - soit une hausse de 21% par rapport à 2017.

Le conflit sévissant dans le nord-est du Nigéria a contraint de nombreuses personnes au déplacement. La région de Diffa, dans le sud-est du Niger, accueille plus de 250 000 réfugiés nigérians, ainsi que des déplacés et rapatriés. Ces personnes ont besoin de vivres, d’une aide nutritionnelle, de soins de santé, d’une protection, d’un accès à l’eau, d’un assainissement et d’un logement. L’accès aux populations dans le besoin demeure difficile en raison des contraintes sécuritaires. La situation nutritionnelle à Diffa a atteint des niveaux alarmants. Plus de 10% des enfants, toutes communautés confondues, de la région frontalière avec le Nigéria et le Tchad souffrent de dénutrition.

Le conflit au Mali continue d’avoir des conséquences au Niger ; on compte 58 500 réfugiés maliens et 30 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Le Niger est également affecté par les inondations, qui ont affecté 206 000 personnes en 2017.

Carte de Niger
En quoi consiste notre aide ?

L’Union européenne figure parmi les principaux bailleurs de fonds fournissant des secours d’urgence et une aide vitale au Niger.

En 2017, l’UE a renforcé son aide, octroyant € 30 millions supplémentaires à l’organisation d’une aide d’urgence pour les réfugiés, déplacés et communautés accueillant ces derniers dans la région nigérienne reculée de Diffa. En 2018, la réponse humanitaire de l’UE continue de se concentrer sur les besoins fondamentaux, notamment en matière d’alimentation, de santé, d’accès à l’eau, de protection et de logement.

L’aide humanitaire de l’UE continue également de soutenir le traitement et la prévention de la malnutrition aiguë sévère – la forme la plus grave et fatale de dénutrition. Les chiffres de 2017 démontrent que cette aide produit des résultats tangibles : l’UE a soutenu le traitement de plus de 143 000 enfants de moins de cinq ans, souffrant de malnutrition aiguë sévère, y compris des enfants appartenant à la population des réfugiés vivant au Niger, après avoir fui les violences au Nigéria et au Mali. Ce nombre équivaut environ à 40% du nombre total d’enfants bénéficiant d’un traitement nutritionnel dans l’ensemble du pays.

Une aide est en outre organisée pour mieux préparer les communautés et autorités locales à répondre adéquatement aux urgences, en particulier les crises alimentaires et nutritionnelles.

Une aide alimentaire est fournie principalement via des plans d’aide en espèces ou sous forme de coupons alimentaires. Les bénéficiaires reçoivent soit un versement sur leur téléphone portable, soit des coupons à utiliser dans les magasins alimentaires locaux. Des rations d’aliments nutritifs complémentaires sont aussi fournies pour les enfants âgés de 6 à 23 mois et les femmes enceintes ou qui allaitent, issus de foyers particulièrement pauvres et vulnérables. En 2017, l’Union européenne a ainsi aidé 115 000 personnes, soit près de 10% de l’ensemble des personnes les plus nécessiteuses.

Les partenaires médicaux du service de la Commission européenne chargé de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes organisent un traitement d’urgence pour les cas de maladies les plus mortelles, comme la malaria, la diarrhée et les infections des voies respiratoires. Les services de santé et de nutrition sont intégrés au système de santé du pays et prestés en étroite collaboration avec le personnel national de santé.

L’aide de l’UE facilite aussi l’accès humanitaire aux populations dans le besoin, en finançant notamment le service aérien humanitaire des Nations unies (UNHAS).

Dernière mise à jour
29/08/2018