Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Mauritanie

Mauritania by Sylvain Cherkaoui
© Sylvain Cherkaoui/DFID/ECHO/ACF
Introduction

Située à la jonction entre le Maghreb et la région du Sahel, la Mauritanie est peu peuplée et l’un des pays les plus pauvres au monde : 52,4% de sa population vit dans la pauvreté ou presque. Plus de 705 000 personnes ont besoin d’une assistance. Les populations les plus vulnérables souffrent toujours des effets cumulés des chocs récurrents qui érodent leurs capacités de subsistance et de résilience. La Mauritanie accueille également 52 000 réfugiés maliens en conséquence du conflit au Mali.

Quels sont les besoins ?

Comme d’autres pays du Sahel, la Mauritanie a été affectée par la crise alimentaire et nutritionnelle de 2012-2013 et les populations vulnérables, dont les moyens de subsistance ont été érodés par cette crise, ne s’en sont pas encore totalement remises. On estime que le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire sévère devrait atteindre les 602 230 personnes d’ici juin 2018, soit le double du nombre comptabilisé pour 2017. Six régions et 21 départements se trouvent déjà en situation de crise. La malnutrition aiguë sévère est en progression et est 70% plus élevée que la moyenne des cinq dernières années.

La précocité de la période de soudure est inquiétante. Quelque 378 000 personnes sont en situation de crise du point de vue de leur insécurité alimentaire, tandis que 2,3% des enfants de moins de cinq ans souffrent de la forme la plus sévère de malnutrition – un taux supérieur au taux moyen enregistré pendant la crise au Sahel. La malnutrition aiguë globale s’élève à 10,9%. 9 des 13 régions du pays enregistrent des taux de malnutrition supérieurs au seuil d’urgence de 15%.

21% des enfants de moins de cinq ans connaissent un retard de croissance – ils sont trop petits pour leur âge, ce qui est un signe de malnutrition. En 2018, on estime que plus de 118 000 enfants de moins de cinq ans (soit plus de 18% des enfants) souffriront de malnutrition aiguë modérée ou sévère. Le système national de santé dispose de moyens extrêmement limités pour répondre à ce problème.
En outre, le deuxième plus grand camp de réfugiés originaires du Mali se trouve en Mauritanie. Ce camp compte 52 000 personnes ayant fui le conflit sévissant dans le nord depuis 2012. Les retours spontanés de ces réfugiés vers leur pays d’origine sont rares, principalement en raison des problèmes d’insécurité et du mauvais accès aux services de base qui les attendent au Mali. De petits groupes de personnes cherchant refuge arrivent encore régulièrement en Mauritanie.

Carte Mauritanie
En quoi consiste notre aide ?

L’Union européenne a renforcé son appui aux programmes humanitaires déployés en Mauritanie depuis 2006. En 2017, elle a consacré à ce pays une aide humanitaire de € 11,8 millions, portant l’aide humanitaire de l’UE dans ce pays à un total de € 76,5 millions. Les fonds humanitaires de l’UE aident le pays à se remettre doucement de l’une des pires crises alimentaires au monde.

Les fonds de l’UE contribuent à l’organisation d’une prévention de la malnutrition pour les familles les plus pauvres comptant des enfants de moins de cinq ans et/ou des femmes enceintes ou qui allaitent. Ces mesures ont pour but d’éviter une dégradation de l’état nutritionnel de ces familles et de faire en sorte que ces dernières n’aient pas à vendre leurs actifs pour s’acheter de quoi manger.

L’aide humanitaire de l’UE finance également des programmes nutritionnels menés par ses partenaires humanitaires sur le terrain. En outre, l’UE soutient le système local de santé, en particulier en ce qui concerne le traitement de la malnutrition aiguë sévère chez les enfants de moins de cinq ans.

L’assistance européenne apportée aux réfugiés maliens se trouvant dans le camp de Mbera se focalise surtout sur l’organisation d’une aide alimentaire et d’un assainissement. Parmi les activités soutenues, on compte aussi des activités d’éducation en contexte d’urgence et des actions de protection. Une attention particulière est également prêtée à l’autonomisation et la résilience des réfugiés et communautés locales qui les accueillent.

L’UE finance aussi le service humanitaire aérien des Nations unies (UNHAS), qui permet de transporter travailleurs et marchandises humanitaires vers des zones reculées et d’améliorer l’accès aux populations dans le besoin.

En outre, les fonds humanitaires européens soutiennent également des activités de réduction des risques, en développant des systèmes d’alerte précoce et en renforçant les capacités locales de préparation et de réponse aux multiples risques.

Dernière mise à jour
22/02/2018