Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Mali

©EU/ECHO/I.Coello
Introduction

Le Mali doit faire face à une crise humanitaire extrêmement complexe. Les populations du nord du pays ont traversé une succession de crises alimentaires au cours des dix dernières années, ce qui a considérablement fragilisé les moyens de subsistance des familles les plus pauvres, outre le conflit enclenché par un coup d’État en 2012 et opposant les forces gouvernementales aux groupes séparatistes et milices islamistes radicales. En dépit d’un accord de paix signé par certaines des parties belligérantes en 2015, la paix s’avère difficile à rétablir dans le nord du Mali. La situation est instable sur le plus sécuritaire et les besoins humanitaires continuent de croître alors que l’accès des organisations humanitaires demeure très limité.

Quels sont les besoins ?

L’insécurité empêche l’accès aux services de base dans le nord et le centre du pays et 3,7 millions de personnes dépendent de l’aide humanitaire. Cependant, on estime que moins de la moitié des personnes en ayant besoin pourront bénéficier d’une aide en 2017. L’insécurité empêche également les organisations humanitaires de rejoindre les populations dans le besoin.
Près de 52 000 personnes sont actuellement déplacées à l’intérieur du Mali. Les personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) et les communautés qui les accueillent ont besoin d’aide, notamment sur le plan alimentaire et sanitaire (santé et eau). Plus de 140 000 Maliens vivent toujours réfugiés dans des camps établis dans les pays voisins : Niger, Mauritanie et Burkina Faso, où une aide doit être maintenue. Les besoins humanitaires sont également en hausse en raison des affrontements intercommunautaires dans le centre du Mali et en conséquence de la situation agropastorale dans le nord.
Les niveaux de malnutrition aiguë dépassent les seuils d’urgence dans certaines zones, tandis que l’insécurité alimentaire accable les familles les plus vulnérables, en particulier dans le nord du pays. Au cours de la plus récente période de soudure, 3,8 millions de personnes ont souffert d’insécurité alimentaire, dont 600 000 personnes ayant nécessité une aide alimentaire d’urgence. La prévalence de la malnutrition aiguë globale est de 11,5%, tandis que la malnutrition sévère est de 2,3% - dépassant donc le seuil de 2% - et exige une intervention immédiate.

Mali
En quoi consiste notre aide ?

L’Union européenne contribue énormément aux secours humanitaires organisés au Mali. Depuis le début de la crise en 2012, la direction générale de la Commission européenne chargée de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO) a alloué plus de € 195 millions d’aide humanitaire à ce pays.

Les partenaires humanitaires de l’UE fournissent de l’aide alimentaire en nature, une protection, des soins de santé, de l’eau potable et d’autres articles de première nécessité. Plus de 80% de la réponse humanitaire de l’UE sert à aider les populations des régions du nord et du centre, affectées par le conflit.

On estime que 90% des structures sanitaires du nord assurent des services de santé essentiels et un approvisionnement en médicaments, grâce à l’UE et ses partenaires humanitaires. Les fonds humanitaires de l’UE permettent d’assurer des soins de santé et nutritionnels de base profitant à environ 990 000 personnes.

Le service humanitaire aérien de la Commission européenne, ECHO Flight, dessert les routes secondaires du nord, facilitant ainsi la circulation des travailleurs humanitaires et les livraisons humanitaires dans les zones les plus inaccessibles. La Commission européenne soutient aussi financièrement le service humanitaire aérien de l’ONU (UNHAS). En 2016, 4864 passagers et 3,8 tonnes de marchandises ont été acheminés au Mali, en soutien à l’aide humanitaire organisée sur le terrain.

L’organisation d’un hébergement, de distributions d’articles de première nécessité, de rations alimentaires, d’un approvisionnement en eau et un assainissement, d’une protection, et de soins de santé et nutritionnels est maintenue pour les réfugiés maliens en Mauritanie, au Niger et au Burkina Faso.

Depuis 2011, la Commission européenne a contribué chaque année de manière significative au traitement de la malnutrition aiguë sévère à travers le pays. Cela a permis d’augmenter drastiquement le nombre d’enfants bénéficiant de soins vitaux, ce nombre ayant presque doublé depuis 2012.

Dernière mise à jour
24/08/2017