Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Éthiopie

Ethiopia by Anouk Delafortrie
© UE/ECHO/Anouk Delafortrie
Introduction

Les déplacements de population provoqués par le conflit sont devenus une préoccupation majeure en Éthiopie sur le plan humanitaire, alors que le pays entre dans sa quatrième année consécutive de sécheresse. Plus d’1,2 million de personnes sont actuellement déplacées par le conflit dans les régions de Somali et Oromia. Confrontés à des pénuries d’eau, des pertes de bétail et au conflit, les Éthiopiens vivant dans ces régions sont contraints de se déplacer. En l’espace d’un an, plus de 100 000 réfugiés sont arrivés en Éthiopie, la plupart d’entre eux étant originaires du Soudan du Sud. L’aide humanitaire de l’UE est mobilisée pour répondre aux besoins des populations, résultant de la sécheresse, de l’épidémie de choléra en cours, des déplacements (dus à la fois à la sécheresse et au conflit) et de l’arrivée massive de réfugiés.

Quels sont les besoins ?

Comptant environ 100 millions d’habitants, l’Éthiopie est le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique. Une aide humanitaire y est nécessaire pour plusieurs raisons : la sécheresse récurrente et d’autres chocs liés aux conditions climatiques, les épidémies de maladies (choléra, entre autres), les conflits internes et déplacements de population, l’importante présence de réfugiés.

On estime que 7,88 millions de personnes ont actuellement d’urgence besoin d’une aide alimentaire en raison de la sécheresse. Cette dernière affecte également 3,6 millions de personnes supplémentaires qui auront probablement besoin d’une aide alimentaire dans le courant de 2018. Apporter une réponse à l’insécurité alimentaire, la malnutrition aiguë, les pénuries d’eau et les risques d’épidémies (de choléra notamment), dans les régions de Somali et Oromia, affectées par la sécheresse et le conflit, demeure une priorité humanitaire pour 2018. 

La sécheresse durable et les incessants conflits internes ont poussé plus d’1,7 million de personnes au déplacement à l’intérieur des frontières du pays. En outre, l’instabilité politique de mars 2018 en Éthiopie a conduit plus de 10 000 personnes à aller chercher refuge et protection au Kenya. On s’attend à ce que ces personnes rentrent en Éthiopie une fois que la situation politique s’y sera améliorée.

Carte Ethiopie
En quoi consiste notre aide ?

L’Union européenne a alloué € 91,5 millions d’aide humanitaire à l’Éthiopie en 2017. La priorité en Éthiopie est de répondre aux besoins les plus urgents découlant directement de la sécheresse durable et de l’afflux de réfugiés, et d’apporter une solution face aux déplacements de population liés au conflit.

Les efforts de réponse à la sécheresse se concentrent sur l’organisation d’interventions vitales, comme le camionnage et la réhabilitation des puits pour garantir l’approvisionnement en eau potable, la distribution d’une aide alimentaire en espèces et en nature, le dépistage et le traitement des enfants et femmes enceintes ou qui allaitent souffrant de malnutrition aiguë, la prévention du choléra en distribuant des produits chimiques pour le traitement des eaux, la distribution d’aliments pour les bêtes et l’organisation de services vétérinaires pour éviter les pertes de bétail, et la distribution d’articles de base (comme des jerricans, des bâches et des articles ménagers) aux populations déplacées.

La sécheresse et les conflits ethniques ont entraîné des déplacements en masse à travers le pays, et plus particulièrement dans les régions de Somali et Oromia. L’UE finance un système permettant de traquer et suivre les déplacements et la mobilité des populations. Cette matrice de suivi des déplacements est un outil permettant d’identifier plus facilement les besoins des populations déplacées  et d’aider ces dernières de façon plus rapide et efficace.

D’après le HCR, quelque 100 000 réfugiés sud-soudanais sont venus chercher refuge en Éthiopie entre janvier 2017 et février 2018. En raison de cet afflux, la majorité de l’aide humanitaire de l’UE s’est concentrée sur l’organisation d’un logement, d’un accès à l’eau et d’installations sanitaires pour ces réfugiés. Il est aussi essentiel d’assurer une protection adéquate pour les plus vulnérables d’entre eux. Pour ce faire, l’aide de l’UE identifie les réfugiés les plus en difficulté, nécessitant une attention spéciale, comme les mineurs non-accompagnés, et organise une aide alimentaire et un soutien vital, notamment pour les enfants et femmes enceintes ou qui allaitent souffrant de malnutrition aiguë.

Une éducation en contexte d’urgence est proposée dans les camps de réfugiés au moyen notamment d’une aide au développement de la petite enfance et de l’organisation de cours de niveau primaire. En parallèle, une aide continue est octroyée aux camps plus établis, où résident des réfugiés de longue durée, afin de garantir que leurs besoins de base soient couverts et de compléter les initiatives en place qui promeuvent des solutions à plus long terme pour ces réfugiés.

Dernière mise à jour
12/04/2018