Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Tchad

Chad by Isabel Coello
© ECHO/Isabel Coello
Introduction

La Commission européenne est l’un des principaux bailleurs de fonds présents au Tchad, l’un des pays les plus pauvres au monde confronté à plusieurs crises humanitaires interconnectées. L’insécurité alimentaire, la malnutrition, les récurrentes épidémies et les milliers de cas de malaria signalés affectent le pays et ont un impact direct sur la morbidité et la mortalité déjà élevées des enfants de moins de cinq ans. Les violences dans les pays voisins du Tchad ont contraint des milliers de personnes à fuir au Tchad. L’aide humanitaire de l’UE organise des vivres et vient en aide aux populations locales et réfugiées, et contribue à la lutte contre les épidémies de maladie.

Quels sont les besoins ?

Le Tchad est confronté à de nombreux défis : insécurité alimentaire et nutritionnelle, déplacements forcés de population, changement climatique (plus particulièrement, les problèmes de sécheresse), épidémies (hépatite E, choléra), et pauvreté chronique. En conséquence, environ 4,4 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire.

Quatre millions de personnes sont affectées par l’insécurité alimentaire et la malnutrition, en particulier dans la ceinture du Sahel. Cette situation s’aggrave d’année en année, avec chaque nouvelle période de soudure (juin-septembre). Environ un million de personnes ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence et l’on compte plus de 230 000 cas de malnutrition aiguë sévère. Dans 12 des 23 régions du pays, la malnutrition aiguë globale dépasse le seuil critique des 15% établi par l’Organisation mondiale de la santé. Et dans le cas de la malnutrition sévère, 15 régions sont au-dessus du seuil d’urgence des 2%.

Les violences et conflits sévissant dans les pays voisins du Tchad (République centrafricaine, Niger, Nigéria et Soudan) ont engendré un afflux de plus de 440 00 réfugiés et demandeurs d’asile au Tchad. Cependant, étant l’un des pays les plus pauvres au monde, le Tchad n’a que peu ou pas de moyens de les accueillir comme il le devrait.

Tchad
En quoi consiste notre aide ?

La Commission européenne est l’un des principaux bailleurs de fonds présents au Tchad. Entre 2013 et 2017, la Commission a octroyé € 255 millions (estimation) d’aide aux populations vulnérables de ce pays, confronté à plusieurs crises humanitaires.

L’aide humanitaire de la Commission fournit une assistance alimentaire, soutient les populations déplacées et réfugiées, et lutte contre les épidémies, notamment de choléra et d’hépatite E.

La Commission soutient des projets d’aide alimentaire sous forme de coupons alimentaires ou d’allocations en espèces, qui ont déjà permis à 750 000 personnes de se procurer des vivres. Les centres médicaux traitant les cas de malnutrition aiguë sévère ont aussi reçu un financement de la part de l’UE.

Dans les zones comptant beaucoup de personnes déplacées à l’intérieur du pays, la Commission soutient l’accès aux soins de santé primaires et secondaires. La Commission finance également une éducation en contexte d’urgence pour les déplacés et une protection pour les personnes fuyant les violences perpétrées par Boko Haram dans les alentours du Lac Tchad.

En 2017, la Commission et ses partenaires ont mis en place des activités agricoles dans l’est et le sud du Tchad pour promouvoir l’autosuffisance et l’autonomie auprès des réfugiés. Des programmes d’autres partenaires aident les rapatriés tchadiens et les réfugiés centrafricains et soudanais à s’intégrer ou se réintégrer dans les communautés locales.

En août 2017, une épidémie de choléra s’est déclarée dans la région de Sila, avec 12% de taux de mortalité. L’épidémie s’est ensuite propagée dans la région voisine de Salamat, où l’accès à l’eau potable demeure le premier problème. Afin de venir en aide aux familles les plus affectées, la Commission européenne a investi € 536 000 de fonds humanitaires dans l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement, ainsi que dans des activités de sensibilisation pour prévenir la propagation de la maladie.

En mai 2018, la Commission européenne a validé une aide d’urgence supplémentaire de € 200 000 pour 8000 réfugiés centrafricains nouvellement arrivés au Tchad. Ces fonds seront distribués par l’intermédiaire du mouvement de la Croix-Rouge.

Une approche liant aide humanitaire et activités de rétablissement et de développement a été adoptée et promue via divers instruments européens.

Dernière mise à jour
22/05/2018