Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

République centrafricaine

CAR by Pablo Tosco
© Pablo Tosco / Oxfam Intermón
Introduction

Plus de quatre ans après l’éclatement de la crise en décembre 2013, la situation en République centrafricaine (RCA) demeure extrêmement inquiétante. Depuis mai 2017, de nouvelles violences opposant divers groupes armés ont contraint des milliers de personnes à fuir : un quart de la population est actuellement soit déplacée à l’intérieur du pays, soit réfugiée dans les pays voisins. Les besoins humanitaires urgents sont en hausse. L’accès aux populations dans le besoin est compliqué par l’insécurité ambiante. La RCA est l’un des pays les plus dangereux au monde pour le personnel humanitaire. 14 travailleurs humanitaires y ont été tués en 2017. Et en 2018, on compte déjà six assassinats parmi les membres du personnel enseignant.

Quels sont les besoins ?

Depuis janvier 2017, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays a connu une croissance de plus 70%, en raison des attaques perpétrées par les groupes armés à travers l’ensemble du pays. La pauvreté extrême et le manque de services de base rajoutent aux mauvaises conditions de vie. Dans ce contexte, les besoins humanitaires augmentent de façon exponentielle, atteignant des niveaux similaires à ceux enregistrés lors du pic de la crise en 2014. La moitié de la population a besoin d’une aide humanitaire. Les moyens de subsistance et l’activité agricole sont fortement impactés par les violences ; cela se traduit par une baisse substantielle des revenus des ménages, aggravée par la hausse des tarifs alimentaires. La malnutrition chronique en RCA figure actuellement parmi les plus graves au monde et environ 40% des enfants de moins de cinq ans en sont affectés (UNICEF).

La RCA détient le deuxième taux de mortalité des nourrissons le plus élevé au monde (1 sur 24). Le système national de santé, déjà faible, s’est écroulé et on note d’importants manques au niveau du personnel de santé et des fournitures médicales. Près de 58% des infrastructures médicales sont maintenues à flot par les organisations humanitaires. Le manque d’accès aux soins de santé de base que cette situation génère a de graves répercussions sur la population. Les besoins humanitaires en RCA demeurent insatisfaits, ce qui a pour conséquence que la crise que traverse la RCA touche aussi les pays voisins. La situation dans laquelle vivent les réfugiés centrafricains au Cameroun et au Tchad entre dans la catégorie des ‘crises humanitaires oubliées’, telle que définie par la Commission européenne.

RCA
En quoi consiste notre aide ?

Ayant alloué plus de € 475 millions à la RCA depuis 2014, l’Union européenne (Commission et États membres) est le premier bailleur de fonds humanitaires en RCA. La Commission européenne a, à elle seule, investi plus de € 108 millions d’aide humanitaire dans ce pays depuis 2014.

Le service de la Commission européenne chargé de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO) concentre principalement ses efforts sur l’organisation d’une réponse aux besoins des personnes les plus affectées, notamment en matière d’alimentation, de santé, d’hébergement d’urgence, d’accès à l’eau potable, d’assainissement, et de protection des civils. Des secours d’urgence sont organisés pour les personnes déplacées à l’intérieur du pays ainsi que les réfugiés, dont la survie dépend principalement de l’aide humanitaire qui leur est fournie.

L’UE finance une aide alimentaire, une aide de subsistance à court terme et un soutien à l’agriculture, ainsi que des interventions visant à garantir un accès gratuit aux services de santé de base et notamment des interventions vitales de sauvetage pour les populations les plus vulnérables. Les projets visant à renforcer la protection des civils bénéficient aussi d’un soutien de l’UE, comme par exemple les projets de prévention des violences sexuelles, de soutien psychosocial et juridique aux victimes, et les actions visant à mettre en place des espaces protégés d’apprentissage pour les enfants.

En réponse aux déplacements soudains de population, l’UE finance aussi un mécanisme de réponse rapide qui surveille de près la situation humanitaire et organise la livraison d’articles essentiels (comme du savon, des jerricans, des ustensiles de cuisine, des matelas et des couvertures), ainsi qu’un accès à l’eau, un assainissement et des mesures d’hygiène pour les personnes qui ont fui de chez elles dans la précipitation, laissant tout derrière elles.

La Commission européenne contribue aussi aux services humanitaires aériens de l’ONU (UNHAS) qui permet l’acheminement d’une aide humanitaire dans les pays affectés par des violences généralisées et disposant d’un mauvais réseau de transport.

La crise affecte aussi les pays voisins, en particulier le Tchad et le Cameroun, où plus d’un demi-million de Centrafricains ont trouvé refuge. Le séjour prolongé de ces derniers dans ces pays pèse sur les populations locales qui les accueillent et vivent de ressources limitées. L’UE livre également une aide humanitaire à ces pays, tant en faveur des réfugiés centrafricains qu’en faveur des populations locales qui les accueillent.

Dernière mise à jour
22/05/2018