Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Protection Sociale

Protection sociale par Said Penda Mbombo
© EU/ECHO/Said Penda Mbombo

Pourquoi est-ce important ?

Au vu des plus de 65 millions de personnes contraintes au déplacement de par le monde et 130 millions de personnes dépendantes de l’aide humanitaire, il est urgent d’améliorer la cohérence entre actions humanitaires et de développement, et de resserrer la coopération entre ces deux types d’aide afin de créer des solutions durables sur le long terme, comprenant des opportunités de subsistance pour les populations affectées par les crises.

Mettre les différents systèmes de protection sociale à niveau constitue l’une des principales stratégies à suivre pour renforcer la résilience des populations vulnérables.

La protection sociale pourrait être définie, de manière générale, comme un ensemble de politiques et actions renforçant les capacités de tous, mais plus particulièrement des catégories de population pauvres et vulnérables, pour sortir de la pauvreté (ou ne pas y entrer) et mieux gérer les risques et les chocs. En contexte de crise ou de choc, les interventions de protection sociale contribuent, en premier lieu, à répondre aux besoins immédiats et à réduire la mortalité et la souffrance humaine.

Bien que l’établissement de systèmes de protection sociale soit traditionnellement du ressort des acteurs du développement, la communauté humanitaire peut aussi jouer un rôle important dans l’alignement de la complémentarité de ces efforts, lorsque cela s’aère conforme à ses principes. L’utilisation de plus en plus fréquente d’une assistance en espèces dans le cadre des réponses humanitaires s’accorde bien avec l’utilisation de filets de sécurité et l’approche générale de la protection sociale, en particulier en contexte urbain.

On distingue trois types de situations où lier protection sociale et action humanitaire peut contribuer à combler ce qu’on appelle communément le ‘fossé entre aide humanitaire et développement’ :

  • Fragilité extrême et crises prolongées : L’action humanitaire peut constituer une fenêtre d’opportunités suscitant l’investissement dans le développement des filets de sécurité naissants. L’aide à plus long terme, dans ce genre de situation, consiste à transférer les cas de dépendance chronique à l’aide humanitaire dans les systèmes de protection sociale.
  • Gérer les catastrophes différemment : Étant une composante des cadres gouvernementaux de réponse aux catastrophes et crises, la protection sociale a le potentiel de contribuer au renforcement capacitaire des personnes, des foyers, des communautés et même des États – de sorte que ces différents acteurs soient en mesure de résister aux effets néfastes des chocs qu’ils subissent – tout en promouvant une gestion plus durable des ressources.
  • Déplacements forcés : La protection sociale peut devenir la pierre angulaire de toute stratégie de réponse aux déplacements forcés – souvent durables -, que ces derniers concernent des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays ou réfugiées dans un autre pays.

En quoi consiste notre aide ?

Ces dernières années, les exemples de complémentarité entre interventions de protection sociale et réponse humanitaire de la Commission européenne ont été nombreux, notamment en Éthiopie (création d’un filet de sécurité rural évolutif pour les populations se trouvant en situation d’insécurité alimentaire), aux Philippines (dans le cadre de la réponse apportée au typhon Haiyan) et en Turquie (le Plan d’aide sociale d’urgence (ESSN) – un plan d’aide sociale à carte unique, visant à autonomiser jusqu’à 1,3 million de réfugiés pour la couverture de leurs besoins). Les systèmes de protection sociale ont aussi joué un rôle important dans la réponse apportée à la crise de 2016 liée à El Niño.

Les 28 et 29 septembre 2017, la première Conférence internationale sur la protection sociale aura lieu à Bruxelles. L’évènement est organisé par l’UNICEF et cofinancé par la Commission européenne. La conférence rassemblera des praticiens des institutions humanitaires et de développement, notamment des représentants des gouvernements des pays hôtes, des universitaires et des représentants d’organisations de la société civile. Ensemble, ils se pencheront de plus près sur les façons dont les systèmes de protection sociale sont susceptibles de contribuer à une réponse efficace aux crises, dans les contextes de fragilité et de déplacements forcés. Afin de faciliter l’opérationnalisation d’une continuité entre aide humanitaire et aide au développement, que ce soit pour développer les systèmes de protection sociale existants ou pour en créer de nouveaux, sans compromettre les principes humanitaires.

Dernière mise à jour
28/09/2017