Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Lutte contre la malnutrition

/echo/file/eu-humanitarian-aid-combating-undernutrition_frEU Humanitarian Aid: Combating Undernutrition

Pourquoi est-ce important?

La sous-nutrition est la conséquence physique de l’insécurité alimentaire et de maladies infectieuses répétées. Elle est responsable de 45 % de l’ensemble des décès d’enfants de moins de cinq ans, soit 3,1 millions de décès annuels d’enfants qui auraient pu être évités. Elle a aussi des conséquences irréversibles sur la croissance et le développement cognitif de centaines de millions d’enfants. Quelque 70 % de l’ensemble des enfants souffrant de sous-nutrition vivent en Asie du Sud. Dans le monde, environ 51 millions des enfants de moins de cinq ans souffrent de sous-nutrition aiguë (syndrome de dépérissement et kwashiorkor). Cette situation les expose à un risque de mortalité élevé et une vulnérabilité aux maladies.

Les contextes de crise font généralement sensiblement croître la prévalence de la sous-nutrition et des risques qui y sont associés, pouvant dès lors conduire à une augmentation de la morbidité et de la mortalité. Les nourrissons, jeunes enfants, femmes enceintes et qui allaitent, et personnes âgées sont particulièrement vulnérables, mais d’autres catégories de personnes peuvent aussi avoir besoin d’une assistance dans ce domaine. L’état nutritionnel d’une population découle généralement de plus d’un seul facteur, exigeant donc une réponse multisectorielle, une approche conjointe d’aide humanitaire et d’aide au développement, et un renforcement de la résilience.

En quoi consiste notre aide ?

Les fond de l’UE alloués à des programmes de nutrition ont augmenté de 60 % au cours des six dernières années (montant : € 130 millions en 2014). L’expertise de l’UE en matière de nutrition a aussi été renforcée ces dernières années : experts régionaux et thématiques dans trois bureaux d’appui régional, un expert mondial spécifique, un groupe de travail sur la nutrition, etc. – toutes ces améliorations reflétant l’attention croissante prêtée par la Commission européenne à l’agenda nutritionnel.

L’adoption d’une politique européenne en matière de nutrition, en mars 2013, témoigne aussi de l’engagement croissant de l’UE en faveur de la nutrition. Le document de travail, développé par le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO), définit les priorités stratégiques de la réponse de l’UE à la sous-nutrition en contextes d’urgence, comme suit :

  • traitement de la sous-nutrition aiguë, modérée à sévère ;
  • lutte contre les causes immédiates de la sous-nutrition, au travers d’interventions en matière de nutrition, de santé, d’eau et d’assainissement et d’aide alimentaire ;
  • traitement de carences en micronutriments.

Ces priorités se traduisent en des politiques concrètes, comme : garantir un accès à l’eau potable et à des infrastructures sanitaires, pour les familles et les communautés ; garantir un accès à des soins de santé gratuits, pour les enfants et les femmes qui allaitent ; assurer le traitement de la sous-nutrition aiguë, modérée à sévère, au travers d’une approche ancrée dans les communautés ; organiser des sessions d’informations sur les bonnes habitudes et réflexes alimentaires à adopter ; et soutenir les ménages dans le rétablissement de leurs moyens de subsistance, après une catastrophe.

Les services humanitaires et de développement (DEVCO) de la Commission européenne collaborent étroitement pour garantir une programmation conjointe de l’aide humanitaire et l’aide au développement, et partant, une cohérence et complémentarité de leurs activités dans le domaine de la nutrition.

Dernière mise à jour
13/10/2015