Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Aide attentive au genre et à l’âge

Gender_collage
© European Union/IRC UK/Panos Pictures

Pourquoi est-ce important ?

Les catastrophes naturelles et crises d’origine humaine impactent différemment les femmes, les filles, les garçons, les hommes et les personnes âgées. C’est pourquoi le genre et l’âge doivent être pris en compte dans l’organisation des interventions humanitaires, afin de s’assurer que l’aide apportée réponde bien aux besoins spécifiques de ces diverses catégories de population. Par exemple, les conteneurs d’eau ne doivent être ni trop grands ni trop lourds de sorte que les enfants et personnes âgées soient en mesure de les porter.

Intégrer les facteurs du genre et de l’âge permet d’améliorer la qualité de la programmation humanitaire, pour que cette dernière soit en ligne avec le mandat humanitaire et les autres engagements internationaux de l’UE. Une aide ne prêtant aucune attention au genre et à l’âge s’avère généralement peu efficace. Elle risque en effet de ne pas atteindre les populations les plus vulnérables ou de répondre de façon inadaptée à leurs besoins spécifiques. En outre, elle risque de les exposer à des risques supplémentaires, comme des violences sexuelles ou fondées sur le genre.

Afin de s’assurer que l’aide humanitaire fournie soit adaptée aux besoins spécifiques des différentes catégories de population, femmes, hommes et enfants doivent être consultés et impliqués dans la conception, l’implémentation et l’évaluation des actions humanitaires.

En quoi consiste notre aide ?

La Commission européenne vise à garantir que le genre et l’âge soient toujours pris en considération dans les interventions humanitaires financées par l’UE.

En outre, la Commission européenne soutient des actions ciblées, ayant pour objectif de répondre spécifiquement aux besoins des catégories de population vulnérables. Ci-dessous, quelques exemples :

Aide nutritionnelle pour les femmes enceintes et qui allaitent, ainsi que pour les enfants de moins de cinq ans

  • Au Tchad, la Commission soutient les actions menées par l’UNICEF (€ 2 millions) pour garantir à 26 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère et modérée, un accès à des services de nutrition.

Protection de l'enfance

  • En Colombie, la Commission soutient les actions de SOS Villages d’Enfants International (€ 500 000) visant à implémenter des mécanismes de renforcement capacitaire pour aider les communautés, familles et enfants à se protéger des recrutements forcés menés par les groupes armés.

Éducation en contexte d’urgence

  • L’éducation est un facteur essentiel de développement et de protection de l’enfance. En contexte d’urgence, l’éducation permet un certain retour à la normalité et à la sécurité pour les enfants. Elle leur offre aussi le soutien psychosocial nécessaire pour se remettre de leurs traumatismes.

Prévention et réponse aux violences fondées sur le genre

  • En 2017, l’UE a alloué près de € 22 millions d’aide humanitaire à des projets de prévention et de réponse aux violences sexuelles et fondées sur le genre à travers le monde. Par exemple, depuis le début de la dernière crise au Soudan du Sud, la Commission européenne a, tant au Soudan du Sud que dans les pays accueillant les demandeurs d’asile sud-soudanais (Kenya, Ouganda, Éthiopie, Soudan), de plus en plus soutenu les agences des Nations unies et les organisations non-gouvernementales pour l’organisation de services vitaux et opportuns à destination des survivants des violences fondées sur le genre, ainsi que pour le développement de stratégies préventives efficaces en vue de réduire l’exposition des populations vulnérables à ce type de risques.

La Commission européenne a mis au point une approche de l’aide humanitaire fondée sur le genre, en ligne avec le Consensus européen sur l’aide humanitaire de 2007 et les recommandations du rapport d’évaluation sur le genre de 2009.

Cette stratégie prévoit que les projets financés grâce au budget humanitaire de l’UE suivent les prescriptions de la politique intitulée ‘Le genre dans l’aide humanitaire : Adapter l’assistance à des besoins différents’ de 2013 (brochure disponible en anglais, français et espagnol).

En janvier 2014, la Commission européenne a lancé son Marqueur de genre et d’âge (disponible en anglais, français et espagnol) - un outil de qualité et de suivi, permettant de promouvoir et d’évaluer la sensibilité des interventions humanitaires aux facteurs du genre et de l’âge.

En 2016, la Commission européenne a publié une nouvelle politique en matière de protection, intitulée ‘Protection humanitaire : Améliorer les résultats en matière de protection pour réduire les risques pour les populations en contexte de crises humanitaires’, qui insiste sur la nécessité de tenir compte du genre et formule de nouvelles prescriptions pour les activités de protection, intégrant les risques de violences fondées sur le genre.

Garantir l’intégration du genre dans l’aide humanitaire de l’UE est aussi une priorité de l’actuel Plan d’action de l’Union européenne en matière de genre pour 2016-2020. Ce dernier définit un cadre d’action pour l’ensemble des activités relatives à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes menées dans le cadre des relations extérieures de l’Union européenne, y compris celles de ses 28 États membres.

En juin 2017, l’Union européenne a repris la direction de l’initiative mondiale intitulée ‘Appel à l’action en matière de protection des violences fondées sur le genre en contexte d’urgence’. Officiellement lancé en 2013, cette initiative mondiale rassemble 69 membres, notamment des États, des organisations internationales et des organisations non-gouvernementales ayant pour mission de jouer un rôle précurseur en matière de changement structurel et incitant à une responsabilisation du système humanitaire lorsqu’il s’agit de répondre au problème des violences fondées sur le genre.
La feuille de route 2016-2020 de cet appel à l’action en détermine le cadre opérationnel, en fixant des objectifs communs pour l’ensemble de la communauté humanitaire, qui devront être traduits en actions concrètes et ciblées sur le terrain.

Au cours de son leadership sur l’Appel à l’action, qui se clôturera fin 2018, l’UE concentrera son action sur quatre priorités particulières :

  • Renforcer les efforts de plaidoyer pour prévenir et répondre aux violences fondées sur le genre et se faire le porte-voix des survivants de ce type de violences.
  • Mettre davantage l’accent sur la prévention des violences fondées sur le genre en contexte d’urgence. Les mesures visant à réduire les risques doivent devenir des automatismes pour l’ensemble des acteurs humanitaires.
  • Porter l’Appel à l’action sur le terrain, là où il y a le plus grand potentiel d’impact.
  • Concrétiser les engagements, en suivant la Feuille de route de l’Appel à l’action pour 2016-2020.
Protection from gender-based violence
Dernière mise à jour
20/02/2018