Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Outils de veille

Planifier et se préparer aux potentiels scénarios de catastrophes permet d’améliorer les capacités et la rapidité de réaction du Centre de coordination des interventions d’urgence. © Ezequiel Scagnetti

Pourquoi est-ce important ?

Des conditions météorologiques extrêmes peuvent s’abattre n’importe où, à tout instant. Cependant, une planification, surveillance et alerte précoce efficaces peuvent permettre d’en atténuer les dégâts et, parfois même, d’empêcher que la situation ne se transforme en réelle catastrophe humanitaire.

En quoi consiste notre intervention ?

La Commission européenne a développé des systèmes d’alerte quasiment en temps réel pour les États participants au mécanisme européen de protection civile, afin de mieux les équiper pour assurer le suivi des catastrophes et améliorer la communication au stade de l’alerte précoce. Une coopération à travers toute la Commission européenne a permis de faciliter le développement d’outils de prévision et de gestion des catastrophes.

L’Institut pour un environnement durable (IES) de la Commission européenne a développé un système européen d’alerte aux inondations (EFAS) et un système européen d’information concernant les feux de forêt (EFFIS). EFAS alerte le Centre de coordination des interventions d’urgence (ERCC) des cas les plus graves d’inondations et EFFIS produit des cartes et prévisions (jusqu’à six jours) météorologiques quotidiennes, relatives aux risques de feux de forêt, y compris des cartes des zones incendiées et d’évaluation des dégâts.

Le système mondial de coordination et d’alerte aux catastrophes (GDACS), développé par le Centre commun de recherche et servant tant à l’UE qu’à l’ONU, est un système d’alerte entièrement automatisé, qui fonctionne 24h/24 et 7j/7 et collecte des données relatives aux phénomènes naturels (séismes, tsunamis, tempêtes tropicales, inondations, éruptions volcaniques).

Meteoalarm est une plateforme d’alerte en ligne, mise sur pied par les services météorologiques européens et qui publie des avertissements météorologiques européens.

Un accord avec le Centre sismologique euro-méditerranéen (CSEM) a permis la détection considérablement plus rapide et précise d’un séisme dans la région méditerranéenne, grâce à l’ajout de capteurs en Tunisie.

La Commission européenne coopère également avec la Commission océanographique intergouvernementale (COI-UNESCO) concernant la création d’un système d’alerte aux tsunamis, pour les régions du nord de l’Atlantique et de la Méditerranée.

Les systèmes d’alerte précoce et de veille sont mis au point et financés grâce à l’instrument financier de protection civile. Les systèmes se concentrent sur le territoire des États membres de l’UE.

Dernière mise à jour
20/05/2014