Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Capacités européennes d’intervention d’urgence

water_purification_haiti
© Ministère de l'Intérieur/Formations Militaires de la Sécurité Civile
Qu'Est-ce que c'est?

Les capacités européennes d’intervention d’urgence (EERC) ont été créées pour renforcer la coopération européenne en matière de protection civile et permettre une réponse européenne aux catastrophes naturelles ou de cause humaine, qui soit plus rapide, mieux coordonnée et plus efficace. Les EERC, communément appelées ‘pool volontaire’, rassemblent actuellement les ressources de 23 États participants. Ces ressources sont prêtes à être mobilisées pour toute prochaine catastrophe. Il peut s’agir d’équipes de recherche et de sauvetage, d’équipes médicales, d’experts, d’équipements spécialisés ou de moyens de transport. Chaque fois qu’une catastrophe se produit et qu’une demande d’aide est réceptionnée via le mécanisme européen de protection civile, le pool volontaire peut être mobilisé pour venir en aide.

Pourquoi est-ce important?

En 2017, incendies forestiers, inondations sévères, tempêtes, séismes et glissements de terrain ont entraîné des pertes en vies humaines et dévasté des régions entières. On prévoit que le changement climatique ne fasse qu’aggraver l’ampleur de ces phénomènes. Quand des catastrophes dans ce genre se produisent, des équipes d’intervention, du matériel technique et d’autres ressources doivent être déployés dans les plus brefs délais. Être bien préparé à intervenir immédiatement lors d’une catastrophe est crucial si l’on veut sauver des vies et minimiser les dégâts.

En ces temps de risques croissants de catastrophe, les EERC permettent des interventions européennes mieux organisées et plus cohérentes. La Commission européenne a mis au point une procédure de certification et d’enregistrement afin de s’assurer que les experts et matériel technique mis à disposition puissent être déployés le plus efficacement possible. Les certifications permettent de garantir que les moyens nationaux contribués soient de la plus haute qualité et conformes aux normes internationales. La Commission européenne, avec l’appui de pairs désignés par les États participants, évalue ces moyens. Les experts doivent également participer à des exercices de simulation de crise afin d’être formés à travailler avec leurs pairs et d’autres équipes, sur des catastrophes pouvant aussi bien se produire en Europe qu’ailleurs dans le monde.

En quoi consiste notre aide ?

Depuis sa création en 2014, le pool a déjà réuni 99 capacités d’intervention spécialisées, contribuées par 23 pays participants sur une base volontaire. Ces moyens ne sont déployés que sur des interventions d’urgence faisant suite à une demande d’aide officielle introduite auprès du mécanisme européen de protection civile.

La Commission européenne apporte son soutien financier et technique aux moyens d’intervention inscrits dans le pool volontaire lors des interventions d’urgence. Les États participants bénéficient d’un remboursement à hauteur de 85% des frais de transport de leurs équipements sur le terrain lors d’interventions d’urgence. Des experts peuvent aussi être déployés en consultation des communautés locales, en vue de mieux préparer ces dernières aux catastrophes. Les moyens contribués qui fonctionnent bien uniquement dans le contexte spécifique d’un État participant, bénéficient d’un financement pour être adaptés aux normes internationales.

Parmi les crises récentes ayant conduit à la mobilisation de ressources du pool volontaire, on peut citer :

Les incendies forestiers dans le sud de l’Europe en 2017

En 2017, le sud de l’Europe a connu de graves feux de forêt qui se sont conclus par de tragiques pertes humaines et matérielles. Le mécanisme européen de protection civile a été activé à 17 reprises pour des urgences de ce genre en Europe. Une aide a pu être envoyée dans 10 cas, en partance d’un des pays participants, à destination du Portugal, de l’Italie, du Monténégro, de la France et de l’Albanie. Tirés du pool volontaire, deux avions canadairs ont ainsi été envoyés depuis l’Italie, deux depuis l’Espagne et trois depuis la France.

Les urgences sanitaires en Afrique centrale et de l’Ouest entre 2014 et 2017

Le Corps médical européen a été déployé en Angola et en République démocratique du Congo en réponse à une épidémie de fièvre jaune, et en Ouganda en réponse à une épidémie de fièvre de Marburg. En Angola, une équipe d’évaluation de la santé publique a analysé la propagation de la fièvre jaune et des laboratoires ambulants ont été déployés en République démocratique du Congo et en Ouganda. Le Corps médical européen a été créé pour pallier au manque de personnel médical constaté lors de l’épidémie du virus Ébola en Afrique de l’Ouest.

L’ouragan Matthew à Haïti en 2016

Peu après le passage de l’ouragan Matthew, Haïti a activé le mécanisme européen de protection civile pour demander une aide internationale. En réponse, le Centre de coordination des interventions d’urgence a coordonné l’aide pour Haïti tirée du pool volontaire, à savoir deux unités d’épuration des eaux. Ces dernières ont été déployées dans le cœur de la zone de crise à Haïti et exploitées par 60 secouristes appartenant au corps militaire français de protection civile. Ils ont ainsi filtré plus d’1,2 million de litres d’eau potable afin d’enrayer la propagation de maladies comme le choléra. Les équipes françaises ont collaboré avec l’UNICEF, les autorités haïtiennes et diverses ONG nationales et internationales.

Dernière mise à jour
06/08/2018