Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Renforcement capacitaire

Renforcement capacitaire par Paul Hahn The Johanniter
© The Johanniter/Paul Hahn Juli/2010

Pourquoi est-ce important ?

Les besoins humanitaires mondiaux sont en hausse en conséquence du nombre croissant de catastrophes de cause naturelle ou humaine, survenues au cours de ces dernières années, en particulier les crises durables. On estime à 128,6 millions le nombre de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire en 2017, et ce chiffre devrait continuer de croître. Bien que les financements humanitaires aient augmenté de façon significative, ils ne suffisent pas à répondre à la réalité des besoins sur le terrain. Les capacités des travailleurs humanitaires pour répondre aux besoins et livrer une aide sur le terrain via les canaux traditionnels atteignent leurs limites.

En quoi consiste notre aide ?

Le Sommet humanitaire mondial de mai 2016 et le processus y ayant conduit ont été l’occasion d’initier une nouvelle dynamique de réponse à ces défis. Un large éventail d’acteurs dotés de divers mandats, capacités, spécialisations et cultures institutionnelles occupent la scène humanitaire. Au cours du sommet, une compréhension commune quant à savoir comment mieux collaborer a pu émerger.

Être en mesure de répondre aux besoins humanitaires de façon efficace est étroitement lié au fait, pour tous ces acteurs, de parvenir à travailler ensemble de façon coordonnée et dans une logique de complémentarité. La Commission européenne contribue à ce processus. Elle apporte son appui au renforcement capacitaire ainsi qu’au cadre de gouvernance du système humanitaire international, notamment via ses fonds de Capacité de réponse renforcée (CER).

La CER fournit des fonds de lancement aux initiatives développant et mettant en pratique de nouvelles approches concernant le mode opératoire humanitaire. Il est, dans un deuxième temps, attendu de ces initiatives qu’elles soient intégrées dans des structures permanentes, assurant ainsi la continuité et la durabilité des ressources, de sorte que chaque euro dépensé ait un maximum d’impact sur les vies des populations les plus vulnérables.

Le ciblage de l’aide via des mécanismes de financement comme la CER peut contribuer à améliorer et adapter l’écosystème humanitaire via l’innovation ; ça peut aussi aider à lancer de nouveaux outils à l’usage des acteurs concernés et contribuer à la création d’un savoir commun.

Ces dernières années, la CER a permis, entre autres choses, un renforcement capacitaire des acteurs humanitaires pour qu’ils abordent mieux le traitement de la malnutrition, l’organisation d’une aide en contexte de crise urbaine, l’utilisation de l’énergie solaire en faveur d’un approvisionnement durable en eau des camps de réfugiés, l’élargissement de l’accès aux soins et traitements pour les survivants de violences fondées sur le genre, le développement des savoirs et capacités des parties responsables (autorités, porteurs d’armes, etc.) en ce qui concerne le respect du droit international humanitaire, et l’utilisation de transferts en espèces pour aider les populations affectées lors d’urgences.

Dernière mise à jour
06/02/2017