Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Réfugiés

© European Union/ECHO/Anouk Delafortrie

Number of refugees and internally displaced end 2015

Chaque année, des millions de personnes sont contraintes de fuir de chez elles et chercher refuge ailleurs, en raison de conflits, violences, violations des droits de l’Homme, persécutions et catastrophes naturelles. La majorité des réfugiés aujourd’hui vivent dans des pays en voie de développement ; ils fuient donc vers des pays déjà aux prises avec la pauvreté et la misère. Leur survie dépend généralement des disponibilités de l’aide qui leur est fournie par les communautés locales et les organisations internationales.

Plus de 65 millions de personnes ont désespérément besoin d’une protection et d’une aide, en conséquence de leur déplacement forcé. Ces personnes sont des réfugiés, des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays (PDI) et des demandeurs d’asile. Dans le monde, on compte plus de 40 millions de personnes déplacées dans leur pays, plus de 21 millions de réfugiés et plus de trois millions de demandeurs d’asile. Le nombre de personnes nouvellement déplacées est estimé à plus de 12,4 millions, rien qu’en 2015, des suites de conflits ou persécutions. Il est aussi alarmant de constater que 51 % de la population mondiale des réfugiés se composent d’enfants de moins de 18 ans, soit la plus forte proportion depuis dix ans. Les femmes et filles représentent, quant à elles, 50 % de l’ensemble de la population des réfugiés (source : HCR Tendances mondiales 2015).

La Syrie demeure le premier pays d’origine des réfugiés en 2015, avec plus de 4,9 millions de réfugiés syriens dans le monde, suivie de l’Afghanistan (plus de 2,5 millions) et de la Somalie (plus d’un million). Viennent ensuite, le Soudan du Sud, le Soudan, la République démocratique du Congo (RDC), la République centrafricaine, le Myanmar/Birmanie et l’Érythrée.

Environ quatre cinquièmes des réfugiés dans le monde ont fui des zones de crises pour rejoindre des pays voisins, comme le Pakistan, l’Iran, le Liban, la Jordanie et la Turquie. La Turquie est le principal pays d’accueil des réfugiés dans le monde ; elle en compte 2,5 millions. S’en suivent le Pakistan, le Liban, l’Iran, l’Éthiopie et la Jordanie (HCR Tendances mondiales 2015).

Sur un total de 40,8 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays de par le monde, la plupart se trouvent actuellement en Syrie (6,6 millions) et en Colombie (plus de 6,3 millions). L’Irak et le Soudan suivent, comptant trois millions de PDI chacun. Le Yémen, le Nigéria, le Soudan du Sud, l’Ukraine, la RDC et le Pakistan complètent la liste des dix premiers pays du monde, qui ensemble réunissent 75 % de l’ensemble des PDI dans le monde (IDMC Aperçu mondial 2016).

Emergency REsponse Coordination Centre - ECHO Daily Map - Number of refugees or people in refugee like situation by host country

Plus d’€ 1 milliard d’aide aux réfugiés en 2015

En tant que premier bailleur de fonds humanitaires dans le monde, la Commission européenne a consacré en 2015 plus d’€ 1 milliard, soit 72 % de son budget humanitaire annuel, à des projets d’aide aux réfugiés et déplacés dans plus de 30 pays différents. L’aide humanitaire aux réfugiés de la Commission européenne contribue à :

  • répondre aux besoins les plus urgents des réfugiés ;
  • protéger et soutenir les réfugiés pendant leur déplacement et lors de leur retour dans leur lieu d’origine ; et
  • accroître l’autonomie des réfugiés et les rendre moins dépendants de l’aide.

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) investit massivement dans l’aide aux réfugiés, pris au piège dans des situations d’exil prolongé (depuis cinq ans ou plus, sans perspective immédiate de solution durable) qui affectent plus de 45 % des réfugiés à travers le monde. Il répond actuellement aux besoins de populations comme les réfugiés syriens en Jordanie, au Liban, en Turquie, en Grèce et en Irak ; les réfugiés afghans en Iran et au Pakistan ; les réfugiés somaliens au Kenya et au Yémen ; les réfugiés congolais dans la région des Grands Lacs ; les réfugiés colombiens en Équateur et au Venezuela ; les réfugiés du Myanmar en Thaïlande ; les réfugiés rohingyas au Bangladesh ; et les réfugiés sahraouis.

La Commission octroie son aide par l’intermédiaire d’organisations portant secours aux migrants, réfugiés et PDI. Parmi les principaux partenaires de la Commission, on compte le HCR, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que des organisations non-gouvernementales.

En avril 2016, la Commission européenne, en association avec le Service européen pour l’action extérieure (SEAE), a adopté une nouvelle approche fondée sur le développement, pour la gestion des déplacements forcés. Cette nouvelle approche vise à mobiliser et renforcer la résilience et l’autonomie des déplacés et de leurs communautés d’accueil. Acteurs politiques, économiques, humanitaires et de développement doivent être impliqués dès les prémices et tout au long des crises de déplacement, de sorte à œuvrer, main dans la main avec les pays tiers, à la progressive intégration socioéconomique des populations déplacées.

Tout en aidant les victimes de déplacements, la Commission européenne œuvre également à réduire le nombre et l’ampleur des crises de réfugiés dans le monde : par exemple, au travers de ses activités de préparation et de prévention des catastrophes, visant à réduire la vulnérabilité des communautés désavantagées et à prévenir leur déplacement.

 
Dernière mise à jour
30/06/2016