Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

La prévention des famines

L’UE a alloué 60 millions d’euros pour aider le Nigeria à lutter contre l’insécurité alimentaire. Photo: Anouk Delafortrie.

Le monde est confronté à l’une de plus graves crises humanitaires depuis 1945, des millions de gens risquant la famine au Yémen, en Somalie, au Soudan du Sud et au Nigéria.

Ce nombre devrait encore augmenter, d’après un rapport publié par le Réseau mondial contre les crises alimentaires. Le rapport décrit la situation sinistre dans laquelle se trouvent près de 30 millions de personnes plongées dans les crises alimentaires qui frappent actuellement quatre pays : 5,1 millions de personnes dans le nord-est du Nigéria, 6 millions au Soudan du Sud, 3,2 millions en Somalie et 17 millions au Yémen. Ces crises alimentaires récurrentes sont souvent désignées par l’expression ‘les quatre famines’.

Les communautés peuplant ces quatre pays sont affectées par une combinaison de catastrophes de cause naturelle ou humaine et ne sont plus en mesure de couvrir elles-mêmes leurs besoins alimentaires. Au vu de la complexité de ces crises, une réponse intégrée s’avère cruciale si l’on veut éviter la famine : garantir la paix, la sécurité et la stabilité ; combiner aide alimentaire et de subsistance ; et soutenir les systèmes agricoles. L’UE s’est engagée à s’attaquer aux causes sous-jacentes de la famine pour atténuer les effets des conflits et trouver des solutions plus durables.

Les perspectives pour le Nigéria, le Soudan du Sud, la Somalie et le Yémen sont terribles, c’est pourquoi la Commission européenne intensifie sa réponse. 

Nigéria

Le nord du Nigéria est confronté à la pire crise humanitaire du continent africain, selon les Nations unies, et continue d’afficher des indicateurs de développement parmi les plus faibles de l’Afrique subsaharienne. Plus de 60 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Ce phénomène est aggravé par un contexte récurrent de violence et d’instabilité, avec notamment l’insurrection de Boko Haram dans le nord-est, où 5,1 million de personnes sont actuellement confrontées à une insécurité alimentaire critique. De ce nombre, environ 55 000 personnes sont confrontées à la famine dans les régions les plus touchées et les moins accessibles, l’une de ces régions étant l’État de Borno.

En 2017, l’aide humanitaire allouée par l’UE à la région du lac Tchad s’élève à environ € 105 millions, dont près de € 60 millions ont été alloués au Nigéria.

Somalie

Un médecin pèse un enfant. Selon les estimations, un million d’enfants somaliens pourraient souffrir de malnutrition aiguë en 2017. Photo: Mackenzie Knowles-Coursin/UNICEF.

Le changement climatique et les mauvaises pluies consécutives de ces trois dernières années ont engendré une vaste crise humanitaire dans la Corne de l’Afrique. Les effets néfastes de la sécheresse se sont encore aggravés en 2017. La situation est particulièrement désespérante en Somalie où les besoins en matière de sécurité alimentaire demeurent à des taux d’urgence et 3,2 millions de personnes souffrent des pénuries alimentaires.

Jusqu’ici en 2017, la Commission européenne a alloué € 120 millions d’aide humanitaire au pays, dont un complément de € 85 millions, débloqué en réponse à la sécheresse et l’alerte famine en Somalie.

Soudan du Sud

Un enfant au Soudan du Sud; 250 000 enfants souffrent de malnutrition sévère. Photo: UNICEF/Albert Gonzalez Farran

Pays le plus jeune au monde et parmi les moins développés, le Soudan du Sud souffre des conséquences de décennies de conflits et négligences, de corruption et mauvaise gestion. Le Soudan du Sud est la définition même de la ‘crise de cause humaine’ : trois années de conflit ont entraîné des conséquences catastrophiques pour la population de ce pays où l’accès humanitaire demeure problématique.

L’ONU a déclaré une famine localisée en février 2017, actuellement en train d’être maîtrisée. Dans l’ensemble, 6 millions de personnes (soit environ 50 % de la population totale) sont en situation de crise alimentaire et un peu plus de 45 000 personnes risquent la famine. La Commission européenne a alloué au pays une aide humanitaire de € 250 millions, dont € 185 millions consacrés aux réfugiés sud-soudanais situés dans les pays voisins.

Yémen

Au Yémen, 17 millions de personnes vivent en situation d’insécurité alimentaire. Photo: UNICEF

Le Yémen connaît actuellement la crise d’insécurité alimentaire la plus importante au monde. Près de 19 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire immédiate. Les crises alimentaires affectent 17 millions de personnes, dont 6,8 millions souffrant d’une insécurité alimentaire grave. En conséquence du conflit, les importations de nourriture, la production alimentaire et le nombre de marchés en activité ont diminué, entraînant une baisse de disponibilité des ressources alimentaires et une hausse des prix. En outre, la récente épidémie de choléra et l’intensification des combats ne font qu’aggraver un contexte déjà fragile.

En 2017, la Commission européenne a débloqué une aide vitale de € 46 millions en faveur de la population yéménite. Une aide additionnelle de € 16 millions a été annoncée le 25 avril 2017, composée de fonds humanitaires et de développement, en appui aux efforts de renforcement de la résilience et de rétablissement précoce.

Dernière mise à jour
13/09/2017