Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Le Comité permanent interorganisations et le programme de transformation

Clearing the debris after Haiti's devastating earthquake in 2010. © European Union/ECHO/ Susana Perez Diaz

Les crises humanitaires majeures, comme le séisme à Haïti ou les inondations au Pakistan en 2010, ont révélé l’existence de faiblesses et d’inefficacités majeures dans l’offre de secours mondiale. Le Comité permanent interorganisations (CPI) de l’ONU, qui rassemble les principales agences opérationnelles de secours de l’ONU, le mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, et des ONG internationales, a été mis sur pied en vue d’améliorer la réponse mondiale aux catastrophes.

En 2011, les responsables du CPI, sous la direction du Coordinateur des secours d’urgence de l’ONU, ont adopté un programme de transformation qui se concentre sur trois principaux éléments :

  • la direction des efforts humanitaires internationaux pour soutenir les secours organisés par les pays eux-mêmes ;
  • la responsabilité de l’ensemble des parties prenantes ;
  • les structures de coordination, les évaluations des besoins, les mesures de planification et de suivi.

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) soutient les objectifs du programme de transformation et s’investit activement dans son développement. Il encourage ses partenaires humanitaires à garantir qu’ils contribuent aux efforts de réponse humanitaire coordonnée, en :

  • encourageant l’engagement des plus hauts niveaux de direction avec les dirigeants des agences humanitaires, collectivement (réunions semestrielles des directions d’aide d’urgence et des principaux bailleurs de fonds) ou bilatéralement ;
  • plaidant en faveur d’une réforme humanitaire auprès de l’ONU et d’autres instances, et en participant aux réunions de direction et des groupes de bailleurs de fonds ;
  • s’engageant dans les débats sur les mécanismes de coordination, comme les équipes nationales et les clusters humanitaires, et d’autres instruments spécifiques ;
  • participant au cycle de programmation humanitaire, notamment en prenant part aux efforts de planification d’urgence, de coordination des évaluations, et d’analyse collective ;
  • contribuant aux mesures de suivi et d’évaluation de l’action collective ;
  • investissant dans la garantie d’un bon usage des fonds humanitaires de la Commission européenne, pour que ces derniers soient exploités à leur maximum en faveur d’une réponse coordonnée.
Dernière mise à jour
16/02/2016