Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

L’Union européenne porte secours aux victimes des inondations dans le nord-est de l’Inde

India - Cyclone Phailin Odisha
Une petite fille à Odisha en Inde, 2013. L’UE organise des secours pour quelque 25 000 personnes touchées par les inondations dans le nord-est de l’Inde. © UE/ECHO/Pierre Prakash

En réponse à la série d’inondations qui ravagent les régions du nord-est des États d’Assam et de Manipur depuis mai, la Commission européenne a débloqué près de € 200 000 de fonds humanitaires pour venir en aide aux communautés les plus vulnérables. 25 000 personnes gravement touchées bénéficieront directement de cette aide dans les zones sinistrées.

« Cette contribution de l’UE illustre notre engagement en faveur des populations de l’Inde, dont beaucoup ont connu des pertes dévastatrices en raison des inondations », a déclaré David Sevcik, directeur du bureau régional d’Asie du Sud du service de protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO). « Ces fonds vont permettre de garantir qu’une aide essentielle soit fournie à ceux en ayant le plus besoin, afin de les aider à survivre en ces temps difficiles. »

Ce financement de l’UE aide la Société indienne de la Croix-Rouge (SICR) à organiser une aide nécessaire, au moyen de distributions d’articles de secours d’urgence, comme des tentes familiales, des bâches, des installations sanitaires temporaires et des moustiquaires. Des comprimés de purification des eaux et des bidons de stockage sont offerts aux familles concernées pour qu’elles puissent avoir accès à de l’eau potable. En outre, des formations promouvant de bonnes pratiques en matière d’hygiène sont organisées en parallèle des distributions d’articles d’hygiène personnelle (savons et serviettes hygiéniques, notamment). L’aide ainsi financée par l’UE se concentre sur huit des districts les plus gravement touchés : Karimgani, Nagoan, Bhubri et Barapeta dans l’Assam ; Imphal-Ouest, Imphal-Est, Thoubal et Bishnupur dans le Manipur. Ces fonds s’inscrivent dans le cadre de la contribution globale de l’UE au Fonds de secours en cas de catastrophe (DREF) de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

Une séquence de fortes pluies de mousson, qui a frappé le nord-est de l’Inde au cours de ces derniers mois, a provoqué le débordement des rivières et de leurs affluents et entraîné la submersion de vastes étendues dans cette région du pays. Dans les États d’Assam et de Manipur, certaines habitations ont été partiellement voire totalement détruites. D’après les autorités, les graves inondations ont affecté plus d’1,7 million de personnes, dont des dizaines de milliers ont été contraintes de se déplacer. Plus de 100 000 hectares de terres arables ont été perdus dans les inondations, ce qui a eu un sérieux impact sur la subsistance des populations de cette région, à prédominance agricole. À mesure que le niveau de l’eau commence à baisser en plusieurs endroits, les maladies virales et d’origine hydrique, comme la malaria et la diarrhée, deviennent problématiques. Bien que de nombreuses personnes rentrent dans leur région d’origine à mesure que baisse le niveau d’eau, les besoins humanitaires demeurent immenses.

Contexte

La Commission européenne a signé un accord avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) pour une contribution de € 3 millions au Fonds de secours en cas de catastrophe (DREF) de la FICR. Les fonds du DREF sont principalement alloués à des crises ‘à petite échelle’, c’est-à-dire des crises qui ne donnent pas lieu à un appel aux dons international et formalisé.

Le DREF a été créé en 1985 et est financé grâce aux contributions de ses donateurs. Chaque fois qu’une société de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge a besoin d’un soutien financier immédiat pour répondre à une crise, elle peut en faire la demande auprès du DREF. Pour les crises à petite échelle, la FICR alloue des subventions tirées de ce fonds, qui peuvent ensuite être remboursées par ses donateurs. L’accord de contribution signé entre la FICR et la Commission européenne permet à cette dernière de rembourser au DREF des opérations convenues (c’est-à-dire correspondant à son mandat humanitaire) jusqu’à concurrence de maximum € 3 millions.

Date de publication
17/08/2017