Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Commission européenne, agences de l’ONU et partenaires gouvernementaux réunis à l’occasion de la première conférence internationale sur la protection sociale

Photo credit Said Penda Mbombo
Christos Stylianides, commissaire européen à l’aide humanitaire et la gestion des crises : « En travaillant main dans la main, les acteurs de l’aide humanitaire et du développement peuvent offrir aux populations les plus vulnérables du monde entier, une perspective d’espoir et un avenir plus digne. » © UE/ECHO/Said Penda Mbombo

Dans un contexte où les méthodes humanitaires conventionnelles ont du mal à faire le poids face au nombre croissant de crises profondes et apparemment interminables qui sévissent partout dans le monde, la Commission organise la ‘Conférence internationale sur la protection sociale en contexte de fragilité et de déplacements forcés’ les 28 et 29 septembre 2017 à Bruxelles.

La conférence réunit des praticiens issus des institutions humanitaires et de développement, notamment des représentants de gouvernements hôtes, d’universités et d’organisations de la société civile. Ensemble, ils examineront comment les systèmes de protection sociale peuvent contribuer à l’organisation d’une réponse efficace face aux crises, dans les contextes de fragilité et de déplacements forcés. Pour faciliter la mise en œuvre concrète du lien entre aide humanitaire et aide au développement, la conférence sera aussi l’occasion de souligner les opportunités, pour l’assistance humanitaire, de s’appuyer sur les systèmes de protection sociale existants ou de contribuer à leur création, sans compromettre les principes humanitaires.

La recherche de solutions nouvelles et pratiques, pouvant répondre aux besoins à court et long terme des populations prises au piège par les crises prolongées sévissant actuellement dans le monde, constituera le cœur du débat. En amont de la conférence, Christos Stylianides, commissaire à l’aide humanitaire et la gestion des crises, a déclaré : « Les besoins humanitaires dépassent aujourd’hui tout ce que nous avons pu connaître par le passé, poussant nos capacités de réponse à leurs limites. Nous ne pouvons nous permettre de continuer à ne penser qu’au court terme. S’attaquer aux besoins humanitaires basiques de survie est essentiel mais cela ne suffit pas. Nous devons agir ensemble pour respecter notre promesse de ne faire aucun laissé-pour-compte. La protection sociale a le potentiel de nous aider à y parvenir. C’est un secteur susceptible de concrétiser, dans la pratique, le lien humanitaire-développement. En travaillant main dans la main, les acteurs de l’aide humanitaire et du développement peuvent offrir aux populations les plus vulnérables du monde entier, une perspective d’espoir et un avenir plus digne. »

Contexte

La protection sociale peut être définie, de manière générale, comme un ensemble de politiques et d’actions renforçant les capacités de tous, mais en particulier des catégories de population pauvres et vulnérables, à sortir de la pauvreté (ou éviter d’y entrer) et à mieux faire face aux risques et chocs divers.

Ces dernières années regorgent d’exemples de complémentarité entre interventions en matière de protection sociale et réponse humanitaire de la Commission, et ce dans divers pays. On peut par exemple rappeler les plans de protection ruraux et ajustables créés en Éthiopie au profit des populations en situation d’insécurité alimentaire, la réponse organisée au passage du typhon Haiyan aux Philippines, ou encore le Plan d’aide sociale d’urgence (ESSN) lancé en Turquie et qui consiste en un plan d’aide sociale sur base de cartes à puce individuelles, visant à autonomiser jusqu’à 1,3 million de réfugiés dans la couverture de leurs besoins de base.

Date de publication
27/09/2017