Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Afrique australe

Quels sont les besoins?

Les populations d’Afrique australe et de l’océan Indien sont régulièrement obligées de fuir leurs foyers détruits par des catastrophes naturelles, telles que les cyclones, les inondations et les sécheresses. L'extrême sud du continent africain comprend l’Angola, le Botswana, le Lesotho, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, l’Afrique du Sud, le Swaziland, la Zambie et le Zimbabwe, ainsi que les îles des Comores, de Madagascar, des Seychelles et de Maurice.

Les sources d’eau sont souvent polluées ou contaminées et les eaux stagnantes augmentent les risques d’épidémies, de choléra ou de paludisme, par exemple. De nombreuses personnes gagnent leur vie grâce à la culture et à l’élevage et dépendent donc largement des précipitations. Par conséquent, les mauvaises saisons et les sécheresses localisées provoquent souvent une insécurité alimentaire aiguë. Le sud du Malawi, le sud et le centre du Mozambique, le sud du Zimbabwe et la majeure partie du Lesotho comptent parmi les zones fréquemment touchées.

En 2013, de fortes inondations se sont abattues sur le Mozambique, le Malawi, Madagascar, les Seychelles et le Zimbabwe, entraînant la destruction d’habitations, d'infrastructures et de cultures.

Les récentes pluies incessantes ont été les plus fortes au Mozambique , où plus de 250 000 personnes ont été touchées. Parmi celles-ci, on compte encore 190 000 déplacés dans la province de Gaza, qui a souffert le plus. La situation est particulièrement grave dans la vallée du Limpopo, située dans la province de Gaza, mais elle se détériore également dans d'autres parties du pays, notamment dans la province de Zambézia, où le nombre d'évacués vers des zones plus sûres ne cesse de croître.

Que faisons-nous?

En mars 2013, la Commission européenne a débloqué une enveloppe supplémentaire de trois millions d'euros afin de faire face aux conséquences des pluies qui se sont abattues sur le Mozambique. L'aide servira principalement à fournir un accès à l'eau potable et des installations d'assainissement aux victimes. Elle portera également sur la santé et la protection, les épidémies de choléra étant endémiques au Mozambique et la région de Gaza présentant un taux élevé de VIH et de sida.

La nouvelle aide en faveur du Mozambique, destinée à 200 000 personnes parmi les plus vulnérables, sera fournie par les partenaires de la Commission européenne sur le terrain et prendra la forme d'actions visant à assurer la survie de ces populations.

Depuis 2008, la Commission européenne a investi dans une stratégie de préparation aux catastrophes associant les populations locales, qui vise à renforcer leur capacité de résistance, afin qu'elles puissent faire face elles-mêmes aux catastrophes naturelles récurrentes.

Depuis 2012, la Commission a accordé environ 40 millions d'euros d’aide humanitaire aux régions d'Afrique australe et de l’océan Indien.

Last updated
27/06/2014