Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Mauritanie

Quels sont les besoins?

Située au croisement du Maghreb et du Sahel, la Mauritanie est un des pays les plus pauvres au monde. La majeure partie de son territoire se trouve au Sahara. Une grande partie de sa population, essentiellement nomade, souffre d'insécurité alimentaire chronique, une situation qu'a encore aggravé une baisse de la production agricole de 40% en 2011. De nombreux Mauritaniens luttent pour surmonter cette crise qui a fragilisé leurs moyens de subsistance. Malgré une récolte relativement bonne à la fin de 2012, le prix des céréales de base reste élevé. Près d'un Mauritanien sur quatre continue de souffrir d'insécurité alimentaire au début de la période de soudure, lorsque les réserves de nourriture et d'argent sont au plus bas. On estime à 113 736 le nombre d'enfants de moins de cinq ans qui seront atteints de malnutrition grave en 2013. Le pays accueille également le plus grand nombre de réfugiés Maliens dans la région. Les taux de malnutrition aiguë chez les enfants restent supérieurs aux seuils d'urgence parmi les 74 000 réfugiés du camp de Mbéra.

En quoi consiste notre aide?

Le service d'aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) a considérablement renforcé son soutien aux programmes mis en œuvre en Mauritanie ces dernières années. Les fonds de l'UE permettent d'assurer la survie des habitants et de fournir des filets de sécurité d'urgence, tels que des transferts d'espèces en faveur des familles les plus démunies afin qu'elles ne connaissent pas la faim et ne doivent pas vendre tous leurs biens. ECHO soutient et encourage également une méthode visant à mieux cibler les plus vulnérables au Sahel et en Mauritanie. Cette analyse de l'économie des ménages («Household Economy Analysis») repose sur des discussions avec les différents groupes de population, qui permettent d'analyser les informations sur la valeur des différents biens, les vivres et les revenus des ménages, ainsi que leurs dépenses. Elle permet de mieux comprendre qui sont les personnes les plus exposées à l'insécurité alimentaire et donc de mieux cibler l'aide. Les planificateurs peuvent ainsi prévoir la vulnérabilité des ménages à des chocs tels que les sécheresses ou l'augmentation du prix des denrées alimentaires. L'aide aux réfugiés maliens du camp de Mbéra se poursuit, l'accent étant mis sur l'amélioration des conditions en matière de nutrition, d'eau et d'hygiène. L'objectif est également de fournir à tous les réfugiés une aide minimale, sans aucune discrimination.