Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Tchad

Quels sont les besoins?

Le Tchad, qui sort actuellement d'une longue période de conflit civil, souffre d'une mauvaise gouvernance chronique. Ses 11,5 millions d'habitants, dont l'espérance de vie moyenne n'atteint pas 50 ans, sont extrêmement pauvres. Le taux de mortalité maternelle est le plus élevé au monde, tandis que le taux de mortalité infantile occupe la cinquième position. La situation d'urgence est complexe: le pays compte un demi-million de réfugiés (ayant fui les conflits au Darfour et en République centrafricaine), de personnes déplacées et de rapatriés, et plus de 90 000 rapatriés de Libye, qui envoyaient des fonds à leur famille. 2012 a été marquée par une crise alimentaire majeure, des épidémies et des inondations comptant parmi les plus graves depuis les années 80. Dans la bande sahélienne du Tchad, 1,8 million de personnes souffrent toujours d'insécurité alimentaire, à un niveau aigu pour 1,2 million d'entre elles. Cette situation ne devrait pas beaucoup évoluer pour de nombreuses familles pauvres, en dépit d'une récolte abondante. Les prix des denrées alimentaires continuent de battre des records et les habitants ont accumulé de lourdes dettes pendant la période de disette. Le taux de malnutrition devrait rester au-dessus du seuil d'urgence en 2013.

En quoi consiste notre aide?

Les fonds alloués par ECHO ont permis d'intensifier les soins aux personnes souffrant de malnutrition aiguë et d'apporter une aide alimentaire accrue aux plus vulnérables. D'ici la fin de 2012, on estime que 300 000 enfants souffrant de malnutrition auront bénéficié de soins adéquats, 375 000 enfants auront reçu une alimentation complémentaire générale à titre préventif, des rations alimentaires d'urgence auront été distribuées à 1,7 million de personnes et plus de 300 000 personnes comptant parmi les plus pauvres auront reçu une aide sous forme d'espèces ou de bons d'achat.

Si cette aide a permis de ne pas aggraver l'insécurité alimentaire des ménages vulnérables, elle n'a pas été suffisante pour améliorer leur situation générale. Des efforts supplémentaires devront être déployés en 2013 pour les aider à se relever et un effort comparable sera nécessaire pour soigner les enfants souffrant de malnutrition.

ECHO a financé des actions visant à lutter contre l'épidémie de méningite survenue au début de 2012, et à faire face aux inondations grâce à la fourniture de soins, d'eau et d'installations sanitaires, ainsi que d'articles non alimentaires. L'aide aux réfugiés et le soutien au retour et à l'intégration des personnes déplacées à l'intérieur du pays se poursuivent.

Last updated
08/07/2014