Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Birmanie / Myanmar

Quels sont les besoins?

Les conflits qui sévissent depuis plus de 40 ans dans plusieurs régions frontalières de la Birmanie ont entraîné le déplacement de milliers de personnes. De plus, le pays est régulièrement frappé par des catastrophes naturelles.

Depuis la prise de fonction du nouveau gouvernement au lendemain des élections de novembre 2010, des cessez-le-feu ont été conclus avec de nombreux groupes ethniques. En juin 2011, cependant, le conflit armé a repris dans l'État de Kachin, entraînant une crise humanitaire et des déplacements de population. Les affrontements entre les minorités musulmanes, notamment les Rohingya, et les communautés bouddhistes dans l'État de Rakhine ont également jeté des milliers de personnes sur les routes. Actuellement, plus de 140 000 personnes sont déplacées à l'intérieur du pays, et 800 000 sont privées de leurs droits fondamentaux.

Les troubles publics et l'hostilité envers les travailleurs humanitaires internationaux empêchent les organisations d'aide internationales de fournir une aide vitale aux plus vulnérables.

Outre ces tensions ethniques, la Birmanie est régulièrement frappée par des catastrophes naturelles (cyclones, inondations et tremblements de terre). En 2008, le cyclone Nargis a tué 140 000 personnes et détruit des milliers d'habitations dans le delta de l'Irrawaddy. En 2010, le cyclone Giri s'est abattu sur l'État de Rakhine, causant d'importants dégâts et faisant de nombreux morts.

En quoi consiste notre aide?

À travers son service d'aide humanitaire et de protection civile (ECHO), la Commission européenne finance des programmes humanitaires en Birmanie depuis 1994.

Entre 2012 et 2014, la Commission a fourni près de 57 millions d'euros pour aider les victimes du conflit et des violences entre communautés dans le pays. Pour la seule année 2013, 25 millions d'euros ont été débloqués en faveur des victimes dans les États de Kachin, Rakhine et Chin, ainsi qu'à la frontière orientale du pays. 4,5 millions d'euros supplémentaires ont permis d'aider les réfugiés et les populations d'accueil en Thaïlande. Les secteurs couverts par cette aide sont, notamment, l'eau et l'assainissement, la santé, la nourriture, les abris et les articles ménagers de base.

Actuellement, des milliers de personnes sont encore déplacées dans tout le pays et vivent dans des conditions déplorables. La situation humanitaire s'est encore aggravée à la suite de plusieurs récoltes perturbées et de l'accès interdit aux marchés dans les zones touchées par les violences. En novembre 2013, la Commission européenne a décidé d'engager 3 millions d'euros supplémentaires pour fournir une aide alimentaire et nutritionnelle urgente, ainsi qu'un soutien au rétablissement des moyens de subsistance des personnes les plus vulnérables dans les États de Rakhine et de Kachin, ainsi que dans le nord de l'État de Shan.

En 1996, afin de limiter l'impact des catastrophes naturelles et de doter les populations vulnérables de meilleures capacités de préparation et de protection face aux catastrophes, ECHO a mis en place le programme DIPECHO (programme de préparation aux catastrophes). Depuis 2010, 2,6 millions d'euros ont été affectés aux zones côtières exposées aux inondations, ainsi qu'aux mesures de lutte contre les risques sismiques en région urbaine. 

Last updated
29/07/2014