Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Réduire les risques de catastrophe

En quoi ce domaine est-il important?

Avec l’augmentation de la population mondiale, la poussée des mégapoles, la pollution, le changement climatique et la pauvreté, de plus en plus de gens sont confrontés aux effets des catastrophes.

La préparation aux catastrophes est extrêmement bénéfique pour les populations vivant dans des zones particulièrement exposées à de tels phénomènes. Il est démontré qu’en se préparant à faire face aux risques éventuels de conditions climatiques extrêmes, d’activité volcanique ou d’inondations, on peut réduire l’impact de ces catastrophes sur les conditions de vie, les moyens de subsistance et les populations locales.

Grâce à l’acquisition d’un savoir-faire et à l’utilisation de pratiques et de mécanismes de réponse appropriés tels que les systèmes d’alerte précoce et autres activités de préparation, on peut sauver des vies et accélérer le retour à la normalité pour les populations sinistrées.

De plus, la réduction des risques de catastrophe permet d’économiser de l’argent. En moyenne, chaque euro investi dans les activités d’atténuation et de préparation permet d’économiser quatre à sept euros sur les frais d’intervention engagés à la suite d’une catastrophe.

Comment intervenons-nous?

L’engagement de la Commission européenne dans la réduction des risques de catastrophe et la préparation aux catastrophes s’est accru de façon significative ces dix dernières années, qu’il s’agisse de soutien financier ou de développement des activités.

Le Service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne (ECHO) consacre environ 16 % de son budget aux activités de réduction des risques de catastrophe. La prévention des catastrophes est un volet essentiel du mandat d’ECHO et du Consensus européen sur l’aide humanitaire. Des lignes directrices en matière de réduction des risques de catastrophe ont été rédigées à l’attention des partenaires chargés de cette tâche. ECHO a aussi participé à la convention qui a fait de la préparation aux catastrophes un des principaux éléments de l’initiative Good Humanitarian Donorship (principes et bonnes pratiques de l’action humanitaire).

Le programme DIPECHO est l’élément-clé de l’action d’ECHO en matière de réduction des risques de catastrophe à l’échelle mondiale. L’objectif de ces activités est d’améliorer la résilience et de réduire la vulnérabilité des communautés locales.

L’approche de DIPECHO est axée sur les personnes. Il s’agit d’aider les communautés à risque à mieux se préparer aux catastrophes grâce à la formation, à la mise en place ou à l’amélioration de systèmes locaux d’alerte précoce et à la planification de mesures d’urgence. Ce programme encourage également les citoyens, les groupes de la société civile et les autorités locales, régionales et nationales à coopérer plus efficacement.

À ce jour, ECHO a investi 325 millions d’euros dans le programme DIPECHO depuis son lancement en 1996.

L’intégration d’actions de réduction des risques de catastrophe dans les opérations d’aide humanitaire est un autre élément crucial de la préparation. Les régions touchées par une catastrophe ou une crise ne sont jamais à l’abri d’une réplique de ces événements. C’est pourquoi ECHO encourage l’inclusion d’actions de préparation aux catastrophes dans ses réponses humanitaires.

Il est également important de mettre en place des systèmes d’information, d’alerte et d’évaluation rapide des dommages pour la communauté humanitaire afin de garantir un soutien adéquat lors des activités de réduction des risques de catastrophe.

ECHO soutient aussi qu’il faudrait intégrer dans l’aide au développement des mesures de réduction des risques de catastrophe de sorte que ces mesures deviennent l’un des ingrédients des politiques de développement durable, en particulier dans les pays très exposés.

Dernière mise à jour
20/05/2014