Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Résilience

En quoi ce domaine est-il important?

Chaque année, des millions de personnes sont touchées par des catastrophes d’origine naturelle ou humaine. L’émergence des mégapoles, l’augmentation de la population, la pollution et les conséquences du changement climatique, ajoutés à la pauvreté, aggravent les effets des phénomènes naturels extrêmes.

97 % des décès liés à des catastrophes naturelles surviennent dans les pays en développement, qui subissent aussi les plus lourdes pertes en termes de conditions de vie. Ces dernières années, l’Afrique a été secouée par différentes crises, qui ont frappé de plein fouet 31 millions de personnes dans la Corne de l’Afrique et dans la région du Sahel.

La résilience est la capacité d’une personne physique, d’un ménage, d’une communauté, d’un pays ou d’une région de résister, s’adapter et se remettre rapidement à la suite d’un désastre ou d’une crise due à une sécheresse, des violences, un conflit ou une catastrophe naturelle. Renforcer la résilience des populations peut contribuer à réduire considérablement les impacts des catastrophes récurrentes.

Comment intervenons-nous?

Le renforcement de la résilience dans les pays en développement est un objectif important pour la Commission européenne. L’année 2011 marque l’adoption d’une nouvelle communication stratégique expliquant comment adapter l’aide au développement et l’aide humanitaire de l’UE pour renforcer la résilience et réduire la vulnérabilité des personnes touchées par des catastrophes naturelles dans le monde.

La nouvelle approche de la résilience définit une stratégie pour accroître la résilience des personnes les plus vulnérables de la planète. Cette politique est axée sur l’élaboration de stratégies nationales de résilience et sur la mise en place de plans de gestion des catastrophes et de systèmes de prévention efficaces pour les pays vulnérables afin que les pays en développement puissent garder le contrôle de la situation en cas de crise. Le développement d’approches innovantes en matière de gestion des risques, en concertation avec le secteur des assurances, est un autre volet important de cette nouvelle stratégie. Les filets de sécurité saisonniers sont un exemple de stratégie de résilience. Ils prévoient des transferts d’argent, octroyés sans condition aux personnes les plus vulnérables ou en contrepartie d’un travail ou d’une formation, pendant la période de l’année où leurs réserves d’argent et de nourriture sont au plus bas.

Les résultats des initiatives entreprises par la Commission européenne pour accroître la résilience au Sahel et dans la Corne de l’Afrique illustrent parfaitement cette approche. Les initiatives «AGIR» au Sahel et «SHARE» dans la Corne de l’Afrique ont pour but de rompre le cercle vicieux de la sécheresse, de la faim et de la pauvreté en identifiant les possibilités de collaboration et en améliorant la coordination entre l’aide humanitaire et l’aide au développement.

En mettant l’accent sur la résilience, la Commission européenne contribue à sauver des vies et à réduire la pauvreté tout en augmentant la rentabilité, ce qui a pour effet de renforcer l’impact de l’aide et de promouvoir le développement durable.

Dernière mise à jour
05/06/2014