Aide Humanitaire et Protection Civile

Service tools

Asie et Océanie

Comment évacuer un village entier aux Philippines. Le système d'alerte propose l'utilisation d'un signal. Une personne nommée traverse le village avec des drapeaux de différentes couleurs, indiquant le niveau d'alerte, vert, rouge ou jaune. Crédit photo: EU/ECHO/Pierre Prakash

Introduction régionale pour l’Asie et l’Océanie

La région Asie et Pacifique compte quelque 4,4 milliards d’habitants, soit plus de la moitié de la population mondiale. Ses territoires vastes et divers sont favorables à des schémas météorologiques variés, ainsi qu’à un niveau élevé de diversité ethnique et culturelle, rendant la région particulièrement sujette aux catastrophes naturelles et aux conflits.

Couvrant une diversité de zones à haut risque, comme des bassins fluviaux, des plaines inondables, des lignes de faille sismique et des reliefs volcaniques, le continent asiatique et la région du Pacifique doivent régulièrement assumer les conséquences d’inondations récurrentes, de cyclones, de la sécheresse, de glissements de terrain, de séismes et d’éruptions volcaniques.

Quatre des cinq pays au monde les plus sujets aux catastrophes – la Chine, l’Inde, les Philippines et l’Indonésie – se situent dans cette région.

Dans un passé récent, la région a été touchée par certaines des pires catastrophes naturelles au monde, comme le séisme de magnitude 7.8 au Népal en avril 2015, le typhon Haiyan aux Philippines en novembre 2013, et le tsunami asiatique en décembre 2004. Au cours de ces dix dernières années, 500 000 personnes, au total, dans la région, ont perdu la vie en conséquence de catastrophes naturelles, et plus d’1,4 milliard de personnes ont été affectées. L’urbanisation, combinée à la déforestation, au changement climatique et à des densités de population très élevées dans les zones à risque, devrait probablement avoir un impact accru sur un plus grand nombre de personnes à l’avenir.

Abritant une grande diversité de groupes ethniques, de cultures, de religions et de langues, les pays d’Asie et du Pacifique sont nombreux à avoir connu des explosions de violences intercommunautaires et des conflits armés, plongeant des millions de personnes dans le besoin d’une assistance humanitaire.

D’après l’Agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR), la région accueille quelque 3,5 millions de réfugiés et 1,9 million de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. Le premier pays source de réfugiés dans la région est, de loin, l’Afghanistan, suivi du Myanmar/Birmanie.

L’apatridie est aussi un phénomène préoccupant en Asie et dans le Pacifique, où l’on estime qu’1,4 million de personnes se sont vues refuser toute citoyenneté. Rien qu’au Myanmar/Birmanie, plus de 800 000 Rohingyas n’ont pas d’existence légale, se voient privés de leurs droits fondamentaux et, en conséquence, sont victimes de marginalisation sociale et institutionnelle.

Le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) est présent en Asie et au Pacifique depuis 1994, ayant contribué plus de € 2 milliards d’aide humanitaire pour répondre aux besoins urgents des populations les plus vulnérables, affectées par les catastrophes, qu’elles soient de cause naturelle ou humaine. En outre, la Commission a financé un nombre de programmes de préparation aux catastrophes dans cette région, depuis 1996, dans le but de réduire les risques de catastrophe et renforcer la résilience des groupes les plus vulnérables, dans les zones les plus fortement exposées aux catastrophes naturelles.

En 2016, la Commission a débloqué plus de € 80 millions pour poursuivre la livraison d’une aide humanitaire indispensable dans toute la région, dont € 11,7 millions consacrés à des initiatives de préparation aux catastrophes.

 

En savoir plus sur :

Dernière mise à jour 14/04/2016