Mali

Quels sont les besoins?

Le Mali affiche le second taux de mortalité infantile le plus élevé au monde, après la Somalie. La crise alimentaire et le conflit qui ont touché le pays durant toute l'année 2012 n'ont pas amélioré la situation. Le conflit dans le nord a non seulement forcé quelque 400 000 personnes à fuir leur foyer depuis le début de 2012, mais il a aussi aggravé la crise alimentaire en cours, exposant 560 000 enfants maliens de moins de cinq ans à une malnutrition aiguë et 4,6 millions de personnes à une insécurité alimentaire permanente.

Même si les récoltes ont été relativement bonnes fin 2012, le prix d'un grand nombre d'aliments de base demeure élevé, ce qui les rend inaccessibles aux plus démunis, en particulier dans le nord. Les besoins alimentaires ne devraient donc pas diminuer en 2013.

En quoi consiste notre aide?

Début 2013, le département d'aide humanitaire Commission européenne a alloué 42 millions d'euros pour venir en aide aux victimes du conflit au Mali et dans les pays voisins, où plus de 160 000 personnes ont trouvé refuge. Depuis le début de l'année 2012, la Commission européenne a donc consacré €115 millions d'euros à l'aide humanitaire au Mali. Cela comprend un total de 100 millions d'euros mobilisés en 2012-13 par le service d'aide humanitaire de la Commission (ECHO) et 15 millions d'euros du Fond Européen pour le Développement consacrés à l'aide alimentaire d'urgence. A cela s'ajoutent €50 millions d'euros d'aide provenant des pays membres de l'Union européenne et consacré à l'aide humanitaire au Mali sur la même période (2012-13).

En 2012, la Commission européenne a consacré un montant total de 338.5 millions d'euros en réponse à la crise alimentaire au Sahel, dont 174 millions d'euros pour la réponse humanitaire d'urgence.  

Depuis le début de l'année, la Commission européenne a alloué 20 millions d'euros pour aider les victimes du conflit. En 2012, elle avait mobilisé 337 millions d'euros pour faire face à la crise alimentaire au Sahel, dont 73 millions pour répondre aux besoins des personnes touchées par la crise alimentaire et le conflit au Mali et dans les pays voisins, qui a entraîné la fuite de quelque 150 000 personnes. Les États membres avaient également accordé au Mali une enveloppe supplémentaire de 38 millions d'euros.

La réponse rapide et substantielle de l'Union européenne a permis aux populations les plus touchées et les plus vulnérables d'avoir accès à des services de base en matière de santé et de nutrition, d'eau potable, d'hébergement et d'alimentation, tant au Mali que dans les pays voisins. Toutefois, les conditions dans lesquelles travaillent les organisations humanitaires sont extrêmement difficiles et l'aide fournie ne permet pas de satisfaire à tous les besoins de base. Les acteurs humanitaires ont encore beaucoup de mal à accéder en toute sécurité aux populations dans le nord du Mali et les pays voisins. Pour préserver l'«espace humanitaire», il est essentiel que l'aide soit fournie dans le respect des principes d'impartialité, de neutralité et d'indépendance.

À cette fin, toutes les organisations humanitaires partenaires d'ECHO qui sont présentes au Mali ont adopté, en juillet 2012, un code de conduite PDF doc sous l'égide de l'Office de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA). Ce document conseille les agences sur les stratégies à adopter pour obtenir et maintenir un accès sécurisé aux bénéficiaires, les mesures à prendre pour éviter une instrumentalisation de l'aide par les parties au conflit, les méthodes permettant d'évaluer l'impact des opérations humanitaires et les modes de gestion pour diminuer les risques de perte, de mauvaise utilisation ou de détournement de l'aide humanitaire.

Témoignages du terrain

Information complémentaire