Cliquez pour fermer

Pakistan

Inondations : femmes et enfants sont les premières victimes des déplacements

Les pluies de mousson et les inondations continuent de s'abattre sur le Pakistan, le nombre de victimes et de personnes dans le besoin a encore augmenté ces derniers jours. Selon le gouvernement pakistanais, depuis fin juillet, 20 millions de personnes ont été directement ou indirectement touchées par les inondations.

On estime que 8 millions de Pakistanais ont besoin d'une aide humanitaire urgente. Déracinés suite à la destruction de leur maison, ils doivent à présent vivre dans des camps, dans des cours d'école, sur le bord des routes ou au sein de communautés hôtes.

Des millions de tragédies personnelles

Des centaines de familles vivent dans des camps situés dans une école.
Photo : 2010 © UE/Malini Morzaria

Sajida (nom fictif) vient de passer deux semaines et demi dans un camp dans une école. À cause des pluies et des inondations continuelles elle vit une véritable tragédie.

Les larmes aux yeux elle me raconte: «J'ai deux filles. Que va-t-il leur arriver ici, dans ce camp, si je ne peux pas retourner chez moi?». Elle explique qu'elle n'a pas quitté sa maison depuis des années et que son mari et ses fils se chargeaient des courses et de toutes les affaires extérieures. 

En s'asseyant dans sa tente vide, dont l'entrée n'est protégée que par un mince bout de tissu, elle me raconte que son mari essaie encore de récupérer quelques biens dans leur maison submergée par les eaux. «Il est absent la plupart du temps et quand il revient il est très énervé; nous nous disputons et il me frappe pour un oui ou pour un non. La dernière fois c'était pour un seau» Elle me montre alors les traces des derniers coups: son œil gauche et sa tempe sont bleus et enflés.

Les femmes font partie des plus vulnérables

Sajida n'est pas la seule dans ce cas; les femmes et les enfants font parties des groupes les plus vulnérables lors de catastrophes. Au Pakistan, ils représentent plus de 80 pourcent des déplacés. De plus, beaucoup ne femmes ne peuvent rien entreprendre sans un chaperon masculin.

Quand les femmes et les enfants fuient les crises, fussent-elles des inondations ou des conflits, et doivent quitter leur maison, ils perdent leur protection et leur structure sociale. Ces familles doivent alors vivre dans des tentes exigües, faire la file pour recevoir des rations humanitaires, utiliser des latrines communes et assurer la protection des jeunes filles. La peur et la détresse de ces femmes est très palpable. Les femmes doivent porter le poids du malheur de toute une famille.

L'aide d'ECHO

Le Service d'aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne (ECHO) a débloqué 30 millions d'euros supplémentaires en faveur des victimes des inondations au Pakistan, portant l'enveloppe humanitaire totale à 70 millions. Mais la distribution de l'aide humanitaire reste un défi. Il est crucial de structurer l'assistance humanitaire afin que celle-ci réponde aux besoins des plus vulnérables (femmes, enfants, personnes âgées et handicapées) et soutienne leur rétablissement physique, économique et psychologique.

ECHO achemine les fonds vers le Pakistan via des organisations internationales non-gouvernementales partenaires et travaille actuellement  à la fourniture d'aide alimentaire (argent, ticket ou colis alimentaires), d'eau potable et d'abris et à l'accès aux installations sanitaires et aux services de santé (nutrition, contrôle des maladies et soins de base), pour venir en aide aux communautés les plus vulnérables.

 

Malini Morzaria
Regional Information Officer
Août 2010