Chemin de navigation

Print versionDecrease textIncrease textSubscribe to our RSS Feed
DG Interpretation Conference Video Portal
DG Interpretation Conference Streaming Portal
EU careersTREATY of Lisboneurope directItalian Presidency 2014
DG Interpretation

La combinaison linguistique de l'interprète de conférence

Dans la plupart des cas, les interprètes de conférence travaillent de leurs langues passives vers leur langue maternelle. La langue maternelle est leur langue active, parfois appelée langue A.

Certains interprètes disposant d'une excellente maîtrise d'une autre langue que leur langue maternelle sont capables de travailler vers cette langue à partir d'une ou plusieurs de leurs autres langues. Ils possèdent donc une seconde langue active. On dit d'un interprète qui peut travailler de sa langue maternelle vers une deuxième langue active qu'il fait un «retour». Certains interprètes possédant un retour ne travaillent vers cette langue qu'en consécutive et non en simultanée.

Quelques interprètes sont capables de travailler de toutes leurs langues vers leur seconde langue active. On dit d'eux qu'ils ont une seconde cabine complète. Un nombre encore plus réduit d'interprètes possède plus de deux langues actives.

Les langues passivessont celles dont l'interprète possède une parfaite compréhension et qu'il peut aussi parler dans une certaine mesure, mais pas à un niveau suffisant pour travailler vers ces langues.

L'AIIC, Association internationale des interprètes de conférence, utilise les définitions suivantes:external link

Langues actives

Langue A : langue maternelle de l'interprète (ou toute autre langue rigoureusement équivalente à une langue maternelle), vers laquelle il travaille à partir de toutes ses autres langues de travail dans les deux modes d'interprétation, simultanée et consécutive. Tout membre de l'AIIC doit avoir au moins une langue A. Certains en ont plusieurs.

Langue B : langue dont l'interprète, sans qu'elle soit sa langue maternelle, a une maîtrise parfaite et vers laquelle il travaille à partir d'une ou plusieurs de ses autres langues. Certains interprètes ne travaillent vers leur langue B que dans un des deux modes d'interprétation.

Langues passives :

Langue C : langues dont l'interprète a une compréhension totale et à partir desquelles il/elle travaille.