Chemin de navigation

Print versionDecrease textIncrease textSubscribe to our RSS Feed
DG Interpretation Conference Video Portal
DG Interpretation Conference Streaming Portal
EU careersTREATY of Lisboneurope directItalian Presidency 2014
DG Interpretation

Foire aux questions

Etudier l'interprétation:

1. J'ai 18 ans et j'aimerais devenir interprète. Qu'est-ce que vous me conseillez d'étudier, et où?

R: Pour pouvoir travailler pour la DG Interprétation en cabine française, il vous faut le français plus deux autres langues de l'UE au moins. Un  mastère est exigé, mais pas nécessairement en langues, ainsi qu'un diplôme de troisième cycle en interprétation de conférence.

En Europe, un certain nombre d'universités proposent des formations de troisième cycle en interprétation de conférence. Voici une liste non exhaustive pdf - 328 KB [328 KB] des universités qui collaborent régulièrement avec la DG Interprétation.

2. Le mastère est-il obligatoire ou est-ce que vous acceptez d'autres diplômes de troisième cycle?

R: Vous devez être titulaire d'un mastère ou d'un diplôme de troisième cycle en interprétation de conférence pour pouvoir passer notre test. Nous vous signalons qu'un diplôme d'interprète en milieu social ne permet pas de passer un test d'accréditation de l'UE.

3. J'ai terminé ma formation de troisième cycle. Qu'est-ce que je fais maintenant?

R: Vous pouvez demander en ligneexternal link à passer un test d'accréditation. Toutes les universités pourront vous expliquer comment procéder et comment vous préparer. Une fois votre demande acceptée, vous serez convoqué(e) dès que possible à un test. Veuillez consulter le calendrier des tests 2012 pdf - 74 KB [74 KB] .

4. Que faire si je ne trouve pas de travail après toutes ces années d'études ?

R: Nous prévoyons que la demande d'interprétation vers le français restera stable et 50% de nos interprètes en exercice prendront leur retraite au cours des 5 à 10 prochaines années. Il faudra les remplacer.

Toutefois, en cas de baisse de la demande, vous pourrez faire valoir votre très bonne maîtrise de deux ou trois langues ainsi que votre excellente capacité à communiquer, qui constituent des atouts de choix sur le marché du travail mondialisé d'aujourd'hui.

5. Je fais de l'interprétation depuis des années, mais sans diplôme officiel. Est-ce que je peux travailler pour vous?

R: Oui si vous êtes titulaire d'un mastère, si vous pouvez prouver votre expérience en interprétation de conférence (lien vers le glossaire) et si vous réussissez notre test d'accréditation.

Questions concernant les langues:

6. Combien de langues est-il conseillé d'apprendre, et lesquelles? 

R: Pour démarrer, deux langues qui vous plaisent et que vous pouvez apprendre assez facilement. A l'heure actuelle, nous pouvons vous donner du travail (en cabine française) si vous avez le français et deux autres langues de l'UE, dont de préférence l'anglais ou l'allemand.

Tout au long de votre carrière, vous serez encouragé(e) à apprendre d'autres langues pour les ajouter à votre combinaison, mais pour commencer deux langues étrangères suffisent.

7. Est-ce que je dois pouvoir parler couramment toutes mes langues?

R: Non, vous devez pouvoir les comprendre quasi parfaitement, mais il n'est pas nécessaire de les parler couramment ou d'être bilingue.

8. Je connais le russe/l'arabe/le japonais/le chinois. Est-ce que je peux travailler pour l'UE?

R: Nous employons des free-lances qui ont des langues non officielles de l'UEexternal link (en anglais uniquement), mais nous ne pouvons pas leur donner assez de travail pour vivre. En Europe, le marché privé pour ces langues est assez développé, mais il faut généralement être capable de travailler dans les deux sens. 

Vous pourrez peut-être aussi trouver du travail auprès des organisations des Nations uniesexternal link.

9. Je suis bilingue français-anglais. Est-ce que c'est suffisant pour travailler pour l'UE?

R: Sur nos listes, il y a  des interprètes qui travaillent avec une seule langue dans les deux sens, mais nous ne pouvons pas leur donner beaucoup de travail. Le marché privé devrait être plus intéressant pour vous.

10. Je ne suis pas de langue maternelle française, mais mon français est excellent. Est-ce que je peux travailler pour vous?  

R: Oui, mais votre français doit se rapprocher de celui d'une personne dont c'est la langue maternelle. Si votre langue maternelle est une autre langue officielle de l'UE, pourquoi ne pas demander à travailler dans la cabine de cette langue?

11. Est-ce que mon accent suisse/canadien/autre pose problème?

R: Si vous parlez distinctement et si vous êtes compris par tous vos auditeurs, quelle que soit leur nationalité (du Roumain au Portugais), votre accent ne posera pas problème.

Questions pratiques:

12. Combien gagne un interprète?

R: Votre salaire d'interprète fonctionnaire dépend de votre expérience. Les interprètes débutants sont recrutés au grade AD5 (lien vers le glossaire), les interprètes expérimentés au grade AD7 (lien vers le glossaire). Pour plus de détails, cliquez iciexternal link.

Pour un free-lance débutant, la rémunération journalière nette est de 310 euros environ.

Pour un free-lance expérimenté, la rémunération journalière nette est de 400 euros environ. Vous passez dans cette catégorie dès que vous avez travaillé 250 jours pour les institutions européennes.

En plus de leur rémunération journalière, les free-lances reçoivent environ 100 euros (débutants) ou 130 euros (expérimentés) pour chaque journée travaillée; cette somme est versée à une assurance pension privée. Ils sont également couverts par une assurance maladie lorsqu'ils travaillent pour les institutions. Pour en savoir plus sur les avantages dont bénéficient les free-lances, cliquez ici.

13. Quelles sont les conditions de travail? Combien de temps est-ce qu'on travaille d'affilée?

R: Cela dépend de votre combinaison linguistique, de la réunion et du nombre de langues parlées, mais généralement on ne dépasse pas les 30 minutes d'affilée ou les 10 heures par jour en cabine, avec une pause déjeuner de 90 minutes. Les conditions de travail sont prévues dans un accord qui couvre tous les interprètes travaillant pour la DG Interprétation.

14. Est-ce qu'il faudra vivre à Bruxelles?

R: Oui, si vous souhaitez travailler pour nous régulièrement. Le siège de la Commission se trouve à Bruxelles, donc il est logique que la plupart des réunions aient lieu ici. Bien entendu, c'est à vous de décider où vous souhaitez vivre, mais à l'heure des restrictions budgétaires, il nous est difficile de recruter des interprètes qui ne vivent pas à Bruxelles. C'est mathématique! Recruter quelqu'un qui habite en France nous coûte par jour trois fois plus cher qu'employer une personne qui réside à Bruxelles.

15. Est-ce qu'il faut beaucoup voyager?

R: Oui, c'est un fait. Certains apprécient, d'autres pas, surtout les parents de jeunes enfants (dans ces cas-là, vous pouvez être dispensés). Mais cela vous donne l'occasion de voir toutes sortes d'endroits et de personnes que vous n'auriez jamais fréquentés en temps normal. Vous pourriez même vous retrouver à la télé!

16. Est-ce que je dois avoir la nationalité d'un pays de l'UE pour pouvoir travailler pour vous?

R: La nationalité des free-lances n'a pas d'importance. En revanche, pour être interprète permanent, il faut être ressortissant d'un pays de l'UE.

17. Je suis free-lance débutant, est-ce que je pourrai joindre les deux bouts?

R: Nous avons mis en place un système qui permet de garantir un certain nombre de jours de travail aux débutants malgré leur inexpérience, car nous savons qu'il n'est pas facile de se lancer.

En outre, au début, beaucoup d'interprètes travaillent aussi comme traducteursexternal link.

Autres possibilités de travailler:

18. Je n'ai pas particulièrement envie de travailler pour l'UE et je ne veux pas vivre à Bruxelles. Est-ce qu'il y a d'autres possibilités de travailler en France ?

R: Il y a beaucoup de travail d'interprétation en milieu social, dans les tribunaux, les hôpitaux, les services de police, les services sociaux, etc. N'importe quelle langue peut être utile mais il faut pouvoir travailler dans les deux sens.

Il est aussi possible de travailler en entreprise comme interprète de liaison ou traducteur/interprète interne. Les entreprises allemandes en particulier recherchent des francophones ayant de bonnes connaissances en allemand.

19. Et comment s'y prendre pour travailler pour les Nations unies?

R: Nous vous conseillons de vous rendre sur leur site Internet external link. Les Nations unies sont confrontées à une pénurie de personnel qui concerne les interprètes mais aussi les traducteurs, les greffiers et d'autres personnels linguistiques

20. Comment devenir interprète permanent à l'UE?

R: Habituellement, on commence par travailler en free-lance et après avoir acquis un peu d'expérience, on se présente à un concours général organisé tous les quatre ans environ par l'EPSOexternal link.

21. Est-ce qu'il vaut mieux être free-lance ou permanent?

R: Tout dépend de votre situation personnelle, de votre préférence et de votre caractère. Les free-lances ont plus de liberté puisqu'ils ne sont pas liés à une institution ou à un employeur unique; les permanents sont interprètes, mais ils sont aussi membres d'une grande organisation qui offre la sécurité de l'emploi, des formations, et des possibilités de mobilité. Cela étant, leur travail est le même.