Chemin de navigation

Print versionDecrease textIncrease textSubscribe to our RSS Feed
DG Interpretation Conference Video Portal
DG Interpretation Conference Streaming Portal
EU careersTREATY of Lisboneurope directGreek Presidency 2013
DG Interpretation

Un bref historique

La direction générale de l'interprétation, anciennement «service commun Interprétation-conférences (SCIC)», a participé dès le début à l'évolution de l'Union européenne (autrefois Communauté européenne) et a suivi le rythme de chaque élargissement.

2005:La Commission européenne approuve son premier cadre stratégique global en matière de multilinguisme, qui porte sur l'apprentissage des langues, leurs rapports à l'économie et leur usage avec les citoyens et au sein des institutions communautaires. L'irlandais est reconnu comme langue officielle à partir de 2007 (avec certaines restrictions). Le Conseil de l'Union reconnaît des langues officielles régionales. Les États membres peuvent financer la prestation, dans une certaine mesure, de services de traduction et d'interprétation vers ces langues au sein des institutions européennes. L'Espagne demande parfois l'interprétation du basque, du galicien et de la langue parlée en Catalogne, dans les Baléares et dans la région de Valence. Valencia.
 
2004:Le 1er mai, date de l'élargissement, dix pays font leur entrée, et avec eux neuf nouvelles langues: l'estonien, le hongrois, le letton, le lituanien, le maltais, le polonais, le slovaque, le slovène et le tchèque. Des réunions à 20 langues se tiennent régulièrement. La Commission européenne décide de renforcer les capacités organisationnelles et techniques de la DG Interprétation en matière de conférences et crée à cet effet la direction SCIC.D - Conférences.Le Conseil de l'Union instaure un système d'interprétation «sur demande» pour de nombreuses réunions de groupes de travail. Le commissaire Ján Figel est le premier membre de la Commission à voir le multilinguisme figurer au nombre de ses compétences.
 
2003:En octobre, la Commission européenne approuve un programme de restructuration et de renforcement administratif du service commun Interprétation-conférences (SCIC), qui devient la direction générale de l'interprétation. L'acronyme «SCIC», à usage interne, est conservé et des unités d'interprétation sont créées pour chacune des nouvelles langues prévues l'année suivante.

2002 : Une stratégie est définie pour le SCIC dans la perspective de l'élargissement. La Commission européenne approuve une communication du vice-président Neil Kinnock, intitulée «L'interprétation de conférence face à l'élargissement: une stratégie pour le SCIC à l'horizon 2004».

2000 : De nouvelles unités sont créées afin d'accélérer la préparation à l'élargissement et d'encourager l'utilisation des nouvelles technologies dans le domaine de l'interprétation de conférence. Un programme est lancé afin de faire passer des tests d'accréditation pour interprètes indépendants dans les pays candidats au moins une fois par an. La coopération avec les universités et l'assistance pédagogique s'intensifient.

1998 : Le SCIC se prépare à l'élargissement en assurant la formation de ses interprètes dans les futures langues et en coopérant avec les universités dans les États membres et les pays candidats.

1997 : Les stages de formation des interprètes en interne sont suspendues en application du principe de subsidiarité et afin de concentrer les efforts du SCIC sur sa tâche principale: l'interprétation. Le SCIC entreprend d'organiser des conférences annuelles avec les autorités nationales, les universités et les écoles d'interprètes, afin de rassembler l'ensemble des parties concernées par l'interprétation. Il commence à fournir des interprètes pour les dialogues multilingues des membres de la Commission sur l'internet.

1995 : L'Autriche, la Finlande et la Suède adhèrent à l'Union européenne. Le finnois et le suédois deviennent deux nouvelles langues officielles, ce qui porte à onze le nombre total de langues officielles de l'Union.

1986 : Adhésion de l'Espagne et du Portugal. Les langues officielles sont à présent au nombre de neuf: allemand, anglais, danois, espagnol, français, grec, italien, néerlandais et portugais

1981 : Adhésion de la Grèce. Le grec devient la septième langue officielle et en avril 1981, la direction de l'interprétation devient le service commun Interprétation-conférences (SCIC).
Celui-ci fournit des interprètes à la Commission, au Conseil de l'Union européenne, au Comité économique et social, à la Banque européenne d'investissement (Luxembourg) et, par la suite, au Comité des régions et aux différentes fondations et agences européennes.

1973 : Adhésion du Danemark, de l'Irlande et du Royaume-Uni. La division de l'interprétation devient une direction. Une attention particulière est accordée à la formation dans les deux nouvelles langues, le danois et l'anglais. Il y a alors six langues officielles.

À partir de 1979, des activités de formation sont organisées dans les universités des États membres. Des pays tiers demandent également une assistance technique et en 1979, la formation d'interprètes chinois commence.

1964 : Formation: en raison de la pénurie persistante d'interprètes qualifiés dans les langues nécessaires, des stages de formation d'interprètes de conférence sont organisée en interne pour des diplômés de l'enseignement universitaire.

1958 : Le traité de Rome instituant la CEE et le traité instituant l'Euratom entrent en vigueur. Le président de la Commission, M. Walter Hallstein, crée une division de l'interprétation, forte de 15 interprètes.

1952 : La Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) est créée. Il y a quatre langues officielles, à savoir celles des six États membres d'origine: allemand, français, italien et néerlandais. La Communauté dispose d'un petit groupe d'interprètes.