Affaires maritimes et pêche
Magazine en ligne

Pêche en Méditerranée: reconstituer les stocks pour redonner un avenir aux pêcheurs par Karmenu Vella

Pêche en Méditerranée: reconstituer les stocks pour redonner un avenir aux pêcheurs par Karmenu Vella

Les faits sont incontestables: les stocks halieutiques de Méditerranée s'amenuisent. Certains sont quasi épuisés. Au total, 93 % des stocks de poissons évalués sont surexploités.

La Commission européenne, engagée dans son programme pour la croissance et l'emploi, est extrêmement préoccupée par les répercussions possibles de cette situation sur les milliers de pêcheurs en Méditerranée. C'est pourquoi elle lance une stratégie méditerranéenne pour améliorer l'état des stocks de poissons. Le 27 avril, une conférence ministérielle a été organisée après la tenue d'un forum important lors de la plus grande manifestation en Europe dans le secteur de la pêche, le salon des produits de la mer Seafood Expo.

© European Union

Plusieurs raisons expliquent l'état critique des stocks de poissons. La pollution et le changement climatique jouent certainement un rôle. Mais il ne fait aucun doute que l'exploitation massive des ressources halieutiques est l’une des causes principales. Il est vrai que, pour de (trop) nombreux stocks, nous n'avons toujours pas suffisamment d'informations. Dans la partie orientale de la Méditerranée, par exemple, d'importantes lacunes dans les séries chronologiques nous empêchent de tirer des conclusions pertinentes. En outre, la moitié des poissons capturés en Méditerranée ne sont même pas enregistrés. Nous ne disposons que d'une vision partielle de la situation. Les données empiriques sont tout aussi sombres: les pêcheurs déclarent capturer de moins en moins de poissons chaque année. Leurs moyens de subsistance, leur propre secteur d'activité, sont donc menacés.

Avec sa nouvelle stratégie méditerranéenne, la Commission européenne s'engage en faveur de la reconstitution des stocks de poissons, de sorte que nous puissions respecter nos engagements en matière de relance de la pêche. Notre stratégie s’appuie sur les nombreuses années passées à instiller un sentiment de solidarité chez les pêcheurs.

En 2003, les nations méditerranéennes ont signé une déclaration qui établit les bases permettant d'améliorer la recherche scientifique, de protéger les zones vulnérables et de limiter l’effort de pêche. Les États membres de l’UE ont réduit leurs flottes en vue de garantir une pêche durable. Notre législation prévoit des plans nationaux et internationaux de gestion des pêches, des limitations de capture et des exigences environnementales. Une intense coopération multilatérale encourage tous les pays qui bordent la Méditerranée à appliquer les mêmes règles.

Et l’expérience montre que nous pouvons réussir lorsque nous relevons les défis collectivement. Prenons l'exemple de la remarquable reconstitution des stocks de thon rouge en Méditerranée. Nous nous sommes réunis, nous avons agi de concert et nous avons obtenu des résultats. Les pêcheurs qui, hier, remettaient en cause le plan de reconstitution en vantent aujourd’hui les effets. Mais nous devons aller beaucoup plus loin.

Heureusement, il existe à présent un réel sentiment partagé que nous devons agir sur tous les stocks. Lors d’une récente conférence organisée à Catane (Italie) en février, j’ai rencontré des associations de pêcheurs, des scientifiques européens et des ONG. Tous étaient sur la même longueur d'ondes que les représentants gouvernementaux présents. Cette volonté politique est nécessaire pour mettre en œuvre une approche globale intégrant tous les voisins méditerranéens.

L’Union européenne a pris l’initiative dans le cas du thon rouge. Il s'avère que nous avons eu raison d'adopter cette position. Nous devons à présent étendre cette réussite aux autres espèces de poisson, par-delà les frontières nationales et les traditions de pêche.

Plusieurs ministres de la pêche de l’UE et de pays tiers du pourtour méditerranéen étaient à Bruxelles à l’occasion du salon des produits de la mer Seafood Expo Global à la fin du mois d’avril. J’entends tirer parti de la dynamique créée à Catane. Nous avons commencé par une déclaration conjointe de suivi de la pêche durable en Méditerranée qui devrait fournir, l'année prochaine à la même période, une nouvelle vision et un nouvel élan à la conservation et à la durabilité des ressources en Méditerranée.

À cette fin, j’ai également pris contact avec certains des principaux partenaires de l’UE du bassin méditerranéen. Rien que le mois dernier, je suis allé en Algérie, en Turquie, et j'ai rencontré des représentants tunisiens. Ils font tous preuve de compréhension sur l’urgence de la situation et montrent une volonté d’agir. Les pêcheurs ont besoin de l'engagement de tous les acteurs dans le plus grand nombre possible de pays du pourtour méditerranéen.

Grâce aux efforts conjoints et à l'engagement en faveur de notre stratégie, les pêcheurs de cette mer magnifique recueilleront à long terme les fruits qu'ils méritent.

 

Karmenu Vella, commissaire européen chargé de l'environnement, des affaires maritimes et de la pêche

 

Pour plus d'informations, consultez le lien suivant:

http://ec.europa.eu/fisheries/inseparable/fr/medfish4ever

Anciens numéros
Novembre 2016 - numéro 73
Août 2016 - numéro 72
Juin 2016 - numéro 71
Mars  2016 - numéro 70