EUROPA > European Commission > DG Health and Consumer Protection  Contact | AZ-Index | Search | What's New? | Subscribe | Home 
 
left
  slide
right
transtrans
 

fr en fr

Santé et protection des consommateurs

Speeches Commissioner Byrne

SOUS EMBARGO jusqu'à 17.00 heures le 15 mars, 2001

Discours de David Byrne, Commissaire européen chargé de la santé et de la protection des consommateurs, à l'occasion de la Journée Européenne du Consommateur , le 15 mars 2001.

"La Qualité Alimentaire en Europe" - Conférence à Bruxelles, le 15 mars 2001

Le thème de la Journée européenne des consommateurs de cette année, la "Qualité alimentaire", est l'un de ceux qui préoccupent mon collègue à l'Agriculture, le Commissaire Franz Fischler, et moi-même depuis un certain temps déjà. Nous sommes parvenus à la conclusion que la sécurité alimentaire est partie intrinsèque de la qualité alimentaire.

Les consommateurs européens n'acceptent rien de moins que des aliments sûrs et ils ont raison. Mais ils s'attendent à ce que la nourriture qu'ils mangent et donnent à leurs enfants soit plus que simplement sûre. Les consommateurs s'attendent à ce que les denrées alimentaires répondent à leurs besoins nutritionnels, qu'elles soient saines et savoureuses. Ils veulent être en mesure de choisir parmi une variété de denrées. Ils s'attendent à ce que ces denrées soient produites et transformées conformément à de bonnes pratiques d'élevage, avec un plus grand respect pour l'environnement et le bien-être des animaux. Ils s'attendent enfin à être informés, de manière précise et exacte, concernant la composition, la valeur nutritionnelle, la durabilité, l'origine et, dans certains cas, la méthode de production des denrées qui leur sont proposées.

En ce début de 21 ème siècle, les défis à relever sur le plan de l'offre de denrées alimentaires en Europe changent constamment. Nous mangeons tout au long de l'année une plus grande variété de denrées alimentaires, provenant non seulement de l'ensemble de l'Union européenne, mais du reste du Monde. Nous apprécions l'extraordinaire raffinement de la culture alimentaire de nos pays d'Europe et nous tenons à découvrir des produits alimentaires différents par les cultures alimentaires également riches d'autres continents.

Nous consommons de plus en plus des denrées alimentaires préparées en dehors de nos foyers. Nous constatons - parfois avec scepticisme - la façon dont il est fait de plus en plus appel à la technologie pour renforcer la sécurité, les qualités nutritionnelles et la saveur des denrées alimentaires. Nous sommes attachés aux traditions culinaires régionales que nous avons héritées de nos parents et grands-parents.

Il importe que l'Europe laisse libre cours à toute la richesse et la diversité des produits alimentaires qui doivent être préservés et développés. Je suis très sensible à cet aspect et autant je pense qu'il conviendrait de fixer des règles pour la sécurité générale afin de garantir la même protection et confiance des consommateurs dans toute l'Europe, je crois que les États membres devraient décider des meilleurs moyens pour y parvenir au niveau local. Il nous faut des règles souples pour les produits qui sont obtenus et consommés au niveau local. De cette façon, les marchés et les traditions du cru seront préservés. En fait, l'Europe est favorable aux marchés locaux!

Je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas répondre à ces diverses aspirations des consommateurs européens. Je ne pense pas qu'il y ait forcément une contradiction entre notre demande de produits de qualité à ces prix raisonnables et notre recherche d'un niveau élevé de sécurité alimentaire. Nous pourrons récolter les avantages du progrès technique, améliorer la protection de notre environnement, sans abandonner aucune de nos formidables traditions alimentaires.

Lorsque l'on examine les trois éléments imbriqués de la bonne nourriture, à savoir la sécurité, la qualité et la nutrition, ,nous voyons le même rôle essentiel qu'ils acquièrent pour la production et la consommation. J'ai pris l'initiative, avec mon collègue responsable pour l'agriculture, le Commissaire Franz Fischler, de lancer un débat sur la qualité, la sécurité et la production alimentaires. Nous venons d'organiser une première table ronde sur cette question. Nous envisageons d'organiser une conférence des parties intéressées pour étudier les questions en jeu plus en détail et nous sommes ouverts à toutes les contributions dans ce processus de réflexion. Voilà comment je voudrais voir évoluer les choses en Europe - dans le sens d'une production et d'une consommation plus durables des denrées alimentaires.

Je suis convaincu que la solution, pour répondre à ces ambitions consiste à adopter une démarché intégrée en matière de production alimentaire. Cette démarche insisterait davantage sur la qualité, dans le cadre d'une approche intégrée et globale de l'ensemble de la chaîne alimentaire. Il ne fait pas transiger sur la sécurité. Il s'agirait de donner aux consommateurs le choix. Il faut prendre en compte que manger doit être un plaisir qui doit aussi être sain. Cela doit être synonyme de bonne santé générale et de bien-être. C'est selon moi ce que le consommateur a le droit d'attendre.

Tandis que l'offre de denrées alimentaires en Europe est parmi les plus sûre au monde, nous pouvons toujours faire plus. Il nous faut adopter une démarche intégrée concernant toutes les affaires de sécurité alimentaire. Une démarché intégrée signifie étudier la production alimentaire sous l'angle des méthodes des cultures dans les champs, de la santé et du bien-être des animaux et de la façon dont les produits alimentaires sont préparés et conditionnés. Cela implique également des contrôles sur l'ensemble de la chaîne alimentaire jusqu'au point où les denrées parviennent aux consommateurs - et inversement - par le biais de la traçabilité.

Dans mon Livre blanc sur la sécurité alimentaire adopté par la Commission l'année dernière, un plan d'action a été présenté. Il s'agit d'actions relevant de la démarche globale et intégrée dont je viens de parler. Dans le contexte du plan d'action du Livre blanc, la démarche intégrée s'applique spécifiquement à la sécurité alimentaire. La sécurité alimentaire constitue notre préoccupation prédominante et une priorité pour la Commission.

Néanmoins, indépendamment de l'importance de nos craintes ou de la fréquence des crises, nous ne devons pas tomber dans le piège qui consiste à traiter la sécurité alimentaire comme une série d'actions ponctuelles. Évidemment, chaque crise doit être abordée et traitée au mieux de nos capacités.

Ma direction générale pour la santé et la protection des consommateurs et nos conseillers scientifiques mettent tout en œuvre pour régler la situation actuelle en matière d'ESB. Comme vous le savez, nous avons pris une série de mesures de grande précaution au cours des dernières semaines pour maîtriser et enrayer la diffusion de l'ESB, en collaboration avec les autorités des États membres. Je vais aussi proposer sous peu une stratégie de lutte contre les risques majeurs d'origine alimentaire comme la listeria.

Mes pensées vont à tous ceux dont la vie a été bouleversée d'une façon ou une autre par ces terribles crises alimentaires. Soyez convaincus que nous mettrons tout en œuvre pour régler ces crises en collaboration avec les États membres et tous les intéressés.

Nous devons rester vigilants à un niveau élevé, sur l'ensemble de la chaîne alimentaire, même au cœur d'une crise.

La volonté de surmonter les faiblesses du passé, en plaçant la sécurité alimentaire en tête de liste des priorités de l'Union européenne, ressort très clairement de notre proposition d'établir l'Autorité alimentaire européenne et de fixer les procédures en matière de denrées alimentaires. Cette proposition est la pierre angulaire en matière de sécurité alimentaire.

Je table sur un établissement et une entrée en fonction de l'Autorité alimentaire européenne au cours de l'année prochaine. Cette autorité constituera un organisme d'experts faisant autorité pour le système européen de sécurité alimentaire. Elle deviendra le corps d'experts scientifiques de pointe dans le monde en matière de sécurité alimentaire. L'Autorité alimentaire européenne suivra aussi une démarche intégrée concernant la sécurité alimentaire en procédant à un tour d'horizon scientifique de toutes les questions touchant directement ou indirectement à la sécurité de l'offre de denrées alimentaires - de l'exploitation jusqu'à l'assiette.

Abordons enfin notre rôle spécifique de consommateurs. Une meilleure législation, la future Autorité alimentaire européenne et une amélioration des inspections des autorités ne garantiront pas en soi des denrées alimentaires sûres et nutritives sur les tables d'Europe. Il faut que les consommateurs soient en mesure de comprendre les étiquettes, de choisir les denrées sur les rayons de manière avertie et qu'ils manipulent correctement les denrées alimentaires une fois rentrés à la maison. En fonction de la façon dont les consommateurs font leur marché, stockent et préparent les aliments à la maison, leur qualité et leur sécurité seront préservées ou se dégraderont, un certain nombre d'erreurs potentiellement dangereuses dans la manipulation des denrées pouvant se produire.

Les consommateurs eux-mêmes sont le dernier lien critique dans la prévention des risques d'origine alimentaire. Quand ils seront en mesure de procéder à des choix avertis, ils deviendront des acteurs essentiels de toute politique de la qualité alimentaire. C'est là que les programmes et les campagnes d'éducation ont leur rôle à jouer, de même que dans des manifestations comme celle qui se déroule actuellement dans toute l'Europe à cette occasion.

Il était très judicieux de choisir la "qualité alimentaire" comme thème de la Journée européenne des consommateurs cette année et je vous remercie de m'avoir donné cette occasion de m'adresser à vous sur ce sujet.

Top

Speeches Commissioner Byrne
FOOD SAFETY | PUBLIC HEALTH | CONSUMER PROTECTION | DIRECTORATE GENERAL "HEALTH & CONSUMER PROTECTION"

 
lefttranspright

 

  printable version  
Public HealthFood SafetyConsumer Affairs