EUROPA > European Commission > DG Health and Consumer Protection  Contact | AZ-Index | Search | What's New? | Subscribe | Home 
 
left
  slide
right
transtrans
 

de en fr

Santé et protection des consommateurs

Press releases

L'UE fournit un vaccin à la Turquie pour l'aider à lutter contre la fièvre aphteuse

La Commission a décidé, le 4 août 2000, de fournir à la Turquie un vaccin trivalent formulé à partir d'antigènes stockés dans le cadre des réserves communautaires d'antigènes antiaphteux afin d'aider ce pays à lutter contre une souche exotique (ASIA 1) de la fièvre aphteuse apparue chez les ruminants dans la région de Thrace et de protéger ainsi le cheptel communautaire. La décision fait suite à une demande d'aide émanant des autorités turques. La Commission a pris des dispositions pour assurer sans tarder la reconstitution des stocks d'antigènes utilisés. L'UE possède d'importantes réserves de l'antigène viral, qui constitue la base nécessaire à la production du vaccin. Le premier lot de vaccin trivalent actif contre le virus ASIA 1 de la fièvre aphteuse doit arriver en Turquie aujourd'hui.

L'UE et les pays des Balkans suivent une politique de non-vaccination contre la fièvre aphteuse. Les vaccins ne sont utilisés que dans les situations d'urgence. L'UE gère une banque d'environ 30 millions de doses de vaccin produit à partir de différentes souches virales de la fièvre aphteuse. Ces antigènes sont conservés en différents lieux en France, en Italie et au Royaume-Uni.

Une société européenne a converti le 1,5 million de doses de trois antigènes différents en un vaccin trivalent. 1,3 million de doses de ce vaccin seront envoyées à la Turquie en 2 lots programmés pour les 5 et 12 septembre 2000. Les 200 000 doses restantes seront gardées en réserve pour une vaccination d'urgence dans d'autres régions des Balkans si la situation épidémiologique devait l'exiger.

La fièvre aphteuse est une maladie virale des ruminants et des porcs très contagieuse, connue pour causer d'importantes pertes économiques aux éleveurs. En général, une manifestation de la maladie entraîne aussitôt des restrictions du commerce international du bétail et de produits tels que la viande fraîche, le lait et certains produits laitiers originaires du pays touché. La maladie chez l'animal ne présente aucun danger pour la santé humaine. Les représentants des États membres au sein du comité vétérinaire permanent ont approuvé, le 19 juillet, la proposition de la Commission de fournir les vaccins à la Turquie.

Publié le 6/9/2000

Top

Press releases
FOOD SAFETY | PUBLIC HEALTH | CONSUMER PROTECTION | DIRECTORATE GENERAL "HEALTH & CONSUMER PROTECTION"

 
lefttranspright

 

  printable version  
Public HealthFood SafetyConsumer Affairs